Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus - Première soirée sous couvre-feu à 21 heures en Béarn

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Après l'entrée en vigueur à minuit ce vendredi du couvre-feu et des nouvelles restrictions dans les Pyrénées-Atlantiques, le département a vécu sa première soirée sous couvre-feu dès 21 heures. À Pau une douzaine de cafetiers se sont rassemblés quelques minutes devant la Préfecture pour protester.

Dès 21 h 15, les rues du centre-ville de Pau étaient désertes ce samedi.
Dès 21 h 15, les rues du centre-ville de Pau étaient désertes ce samedi. © Radio France - Manon Claverie

Le couvre-feu était prévu dès 21 heures, ce samedi dans les Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées, mais à Pau la place Clemenceau était encore animée quand l'heure a sonné. Une douzaine de patrons de bars et de restaurants étaient rassemblés devant la Préfecture, accompagnés du vice-président de l'Umih (Union des métiers de l'industrie hôtelière) en charge du Béarn, Lionel Imirizaldu. À cause du couvre-feu, Geneviève Pommiès, patronne de la Brasserie Royale à Pau, a fait ce samedi soir "deux couverts, contre une cinquantaine ou une soixantaine d'habitude". Pascale Maré, sa voisine du Majestic, trouve les restrictions injustes : "Nous avons respecté tous les protocoles. Si certains de nos confrères ne l'ont pas fait ce sont eux qui doivent être punis." 

Geneviève Pommiès, la patronne de la Brasserie Royale, ne "peut plus travailler" avec un couvre-feu à 21 heures.

Les cafetiers palois rassemblés devant la Préfecture pour alerter sur leur situation.
Les cafetiers palois rassemblés devant la Préfecture pour alerter sur leur situation. © Radio France - Manon Claverie

Après une dizaine de minutes, les restaurateurs sont finalement rentrés chez eux sous le regard des policiers, déployés en nombre pour faire respecter le couvre-feu. La dizaine de gilets jaunes rassemblés eux aussi près de la place Clemenceau ont fini par rentrer chez eux avant 21 h 30, puis les rues de Pau sont devenues désertes. À l'exception des livreurs à vélo, sur le pont. 

Clémence et ses amis ont dû s'adapter pour ce premier samedi soir sous couvre-feu.

Pour cette première soirée sous couvre-feu, les clients aussi ont dû adapter leur soirée. "On a commencé par les bars, vers 18 heures, puis couru chez Monoprix acheter de quoi boire dans notre appartement", explique Clémence, inquiète comme ses amis de ces nouvelles restrictions. "C'est dur de se dire qu'on est samedi soir et qu'il n'y a plus personne sur les terrasses. C'est triste. En fait on ne peut plus du tout vivre comme on vivait avant. Et on n'a aucune visibilité sur les prochaines semaines ou les prochains mois", ajoute sa voisine de terrasse.  

À 20 h 45, les terrasses sont déjà vides dans le centre-ville de Pau.
À 20 h 45, les terrasses sont déjà vides dans le centre-ville de Pau. © Radio France - Manon Claverie

L'épidémie continue de progresser

Le couvre-feu et la fermeture des bars et établissements sportifs fermés sont en vigueur pour trois semaines dans les Pyrénées-Atlantiques. Le taux d'incidence a encore bondi ce samedi à 303 cas positifs pour 100 000 habitants ces 7 derniers jours. Deux malades de plus sont morts depuis ce vendredi dans le département, portant à 47 le bilan total des décès. 87 personnes sont hospitalisées dans le 64, dont 11 en service de réanimation. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess