Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : quatre fois plus de doses de vaccins attendues le mois prochain dans les Pyrénées-Orientales

-
Par , France Bleu Roussillon

Une grande opération de vaccination avait lieu ce week-end dans les Pyrénées-Orientales. Pour la première fois, six centres étaient ouverts ce dimanche. Plus de 2.000 doses du vaccin AstraZeneca ont été écoulées.

La vaccination était possible avec ou sans rendez-vous ce dimanche au centre de vaccination rue Zamenhof, à Perpignan.
La vaccination était possible avec ou sans rendez-vous ce dimanche au centre de vaccination rue Zamenhof, à Perpignan. © Radio France - Suzanne Shojaei

C'était une opération déstockage, ce week-end. Dans les Pyrénées-Orientales, plus de 2.000 doses du vaccin AstraZeneca qui dormaient dans les placards ont été administrées. Le produit, au départ réservé aux soignants, n'avait pas eu le succès attendu, notamment en raison des effets secondaires. Les données cliniques ont permis l'élargissement de l'utilisation de ce vaccin à d'autres catégories de population. Des milliers de doses restaient donc à écouler ce week-end en France. 

Dans les Pyrénées-Orientales, six centres de vaccination étaient ouverts pour l'occasion (à Perpignan, Thuir, Argelès, Prades et Céret). Même le dimanche ! C'était une première. Il était possible de s'y faire vacciner avec ou sans rendez-vous.

Le nombre de doses bientôt multiplié par quatre

La vaccination va se poursuivre ainsi jusqu'à la fin mars. Puis, en avril, le département devrait recevoir quatre fois plus de doses, tous produits confondus. La préfecture réfléchit en ce moment à réorganiser la vaccination. Conserver plusieurs petits centres ou ouvrir un seul gros centre, la question n'est pas encore tranchée.

À partir du mois prochain, également, les médecins généralistes et les pharmaciens devraient vacciner en masse et permettre de prendre le relais des centres pour administrer les secondes doses, notamment.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess