Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement en Dordogne : "Le gros souci ce sont les surblouses" selon l'Ordre des dentistes

-
Par , France Bleu Périgord

Edouard Philippe a annoncé son plan de déconfinement à partir du 11 mai. On en sait plus sur les mesures prises pour les écoles, les collèges et le travail. Mais comment cela va se passer pour les dentistes ? La présidente de l'Ordre en Dordogne répond aux questions de France Bleu.

L'ordre des dentistes de Dordogne réagit aux annonces du premier ministre Edouard Philippe.
L'ordre des dentistes de Dordogne réagit aux annonces du premier ministre Edouard Philippe. © Radio France - Florence Gotschaux

Les dentistes vont reprendre un peu de service dès le 11 mai mais Édouard Philippe n'a pas précisé qu'elle sera la situation pour les professions libérales. Comment cela va se passer concrètement ? Charlotte Costa, présidente de l'Ordre des Dentistes de Dordogne, répond aux questions de France Bleu. 

France Bleu : Edouard Philippe n'a pas évoqué la situation après le 11 mai pour les dentistes, quelle est votre réaction ?

Charlotte Costa : Je ne suis pas surprise. C’était une information générale pour tous les Français. C'est quelque chose qui est délégué à notre conseil national de l'ordre. Nous devrions, demain, connaître les conditions spécifiques à la reprise de notre activité.

Il y a quelques jours le ministre de la santé Olivier Véran a promis 150 000 masques  FFP2 pour les dentistes en France. Certains professionnels sont même mis à nu pour protester contre cette annonce qu'ils jugent insuffisante. Quel est votre avis ?

Cela va nous permettre de reprendre une activité mais le calcul mathématique pour la Dordogne est vite fait. On compte minimum deux masques par jour. Si le praticien travaille cinq jours, il a besoin de 10 masques par semaine. On est plus de 200 dentistes dans le département. Avec 150 000 masques, on ne va pas aller très loin. Pour les dentistes, ce n'est pas suffisant mais il faut aussi équiper nos assistants.  

Quelles garanties vous faudrait-il en tant que dentiste pour rouvrir dans des conditions optimales ?

Il faut qu'on soit sûr de pouvoir se fournir en masques FFP2. Les masques c'est une chose mais le gros souci ce sont les surblouses. On a tous mis à contribution les couturières de notre entourage pour nous fabriquer des surblouses pour que l'on puisse en changer régulièrement. Il y a un surcoût incroyable aux actes. Les masques FFP2 sont plus chers qu'un masque chirurgical normal. Là, les prix flambent et cela fait deux mois que l'on a pas eu d'argent dans les caisses. On va avoir un surcoût de matériel. Il faut que notre activité reste viable. 

Est-ce que vous pourrez reprendre toutes vos activités dès le 11 mai ?

Non. On va nous laisser reprendre nos activités pour désengorger le système d'urgence. C'est pour cela que l'on nous laisse repartir dans nos cabinets. 

Vos patients vous réclament. Qu'est-ce que vous leur dites ?

On leur dit qu'on est impatient de reprendre les soins. Après ils sont très compréhensifs. La demande est forte depuis qu'il a été annoncé un déconfinement au 11 mai. Les appels et les messages ne cessent d'arriver pour reprendre des rendez-vous. Mais on est dans l'incapacité de refixer des rendez-vous.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess