Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus - Respect du confinement : le maire de Charleville-Mézières veut le renfort des militaires

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Alsace, France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

Le maire de Charleville-Mézières, Boris Ravignon, en appelle au renfort des militaires pour faire respecter les mesures de confinement.

Un militaire de l'opération Sentinelle
Un militaire de l'opération Sentinelle © Maxppp - Luc Nobout

Il s'est fendu d'un message particulièrement virulent sur le réseau Twitter : "Il faut le dire sur quel ton, bon sang ? RESPECTEZ LES RÈGLES DU CONFINEMENT !" Boris Ravignon s'inquiète et s'insurge de l'attitude d'une partie de la population qui ne prends pas assez au sérieux les mesures de confinement imposées depuis maintenant trois semaines par le gouvernement pour tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus. 

Patrouilles mixtes

Le maire (LR) de Charleville-Mézières, qui a pris un arrêté de couvre-feu sur sa commune, estime que la présence des forces de l'ordre n'est plus suffisante aujourd'hui pour dissuader les inconscients. Il faut en appeler à l'armée. "Nous avons de multiples infractions" constate l'élu ardennais, et "les polices municipales et nationales sont au maximum de leur capacité. Nous devons donc franchir un pas supplémentaire pour assurer un contrôle efficace de ce confinement." 

Boris Ravignon fait le parallèle avec la mise en place de l'opération "Sentinelle", qui a mobilisé les militaires à la surveillance du territoire après les attentats de ces cinq dernières années. Déjà engagés dans l'opération "Résilience" pour l'évacuation des patients graves, les soldats déployés ne pourraient pas verbaliser les contrevenants, mais le maire de Charleville-Mézières imagine "des patrouilles mixtes force qui permettraient de démultiplier" les contrôles. 

Égoïsme quasi criminel

La présence des uniformes kakis aurait également un effet dissuasif. "C'est un vrai égoïsme que d'enfreindre les règles du confinement. C'est un égoïsme quasi criminel : on se met en danger soi-même et on met en danger les autres" martèle Boris Ravignon qui craint la perspective de cette fin de ce semaine et voit le week-end de Pâques comme "le week-end de tous les dangers."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu