Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : des dépistages jugés pas assez systématiques dans les Ehpad bretons

Des dépistages du coronavirus en masse dans certains Ehpad bretons : c'est réalisé depuis le 7 avril avec le lancement d'une campagne nationale. L'Association des Directeurs d'Ehpad regrette cependant qu'ils soient trop limités parmi les résidents.

Dans les Ehpad, les dépistages ne sont pas assez développés pour les résidents estime Bertrand Coignec
Dans les Ehpad, les dépistages ne sont pas assez développés pour les résidents estime Bertrand Coignec © Radio France - Jean-François Fernandez

Des dépistages regroupés de salariés, et parfois de résidents : 29 Ehpad bretons en ont eu depuis le 7 avril avec le lancement d'une campagne nationale de tests. Un chiffre qui ne représente qu'une très faible part des 498 Ehpad de la région et leurs 41.000 résidents, et qui reste inférieur au nombre d'établissements dans lesquels au moins un cas de coronavirus a été confirmé par un test individuel (63 Ehpad au 24 avril).

"Ces tests PCR, ce sont des photographies à un moment donné, ça n'empêche pas qu'il puisse y avoir des faux négatifs ou des contaminations dans les jours qui suivent", indique Bertrand Coignec, président la fédération des directeurs d'Ehpad (Fnadepa) en Bretagne. Il appelle à une vague de dépistages plus massive.

Pas de dépistage généralisé pour les résidents

"Les résidents ne sont pas dépistés de manière systématique, même lorsqu'il y a des cas de coronavirus dans l'établissement, explique Bertrand Coignec. L'Agence Régionale de Santé (ARS) _dépiste jusqu'à trois cas dans un Ehpad, et si d'autres personnes présentent les mêmes symptômes ensuite, il n'y en a pas_". Les mesures barrière sont alors renforcées, en raison des soupçons de Covid19.

Dans le cadre de la campagne de dépistages, le personnel est aussi pris en compte : "dès le premier cas chez un résident, l'ARS organise un dépistage de tous les salariésqui ont pu être en contact, précise le président de la Fnadepa en Bretagne. Ça a été le cas dans le mien, avec le dépistage regroupé de 65 salariés il y a dix jours".

On essaie de faire entendre qu'il y aurait un intérêt à dépister plus largement dans les Ehpad où il y a un cas.

"Le _dépistage systématique des résidents quand il y a un cas, ça permettrait de gagner du temps_, de pouvoir regrouper et séparer les malades des autres, et d'éviter la contamination", estime Bertrand Coignec. Pour l'heure, cette demande n'a pas trouvé écho auprès de l'ARS. Le président de la Fnadepa en Bretagne tient cependant à relativiser : "on reste une région peu touchée".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess