Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : selon Olivier Véran "tout porte à croire que nous avons passé un pic épidémique"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

A-t-on passé le pic de la deuxième vague de coronavirus en France ? Oui selon Olivier Véran. Le ministre de la Santé le dit ce lundi matin dans une interview accordée aux journaux régionaux du groupe Ebra.

Olivier Véran lors d'une conférence presse le 12 novembre.
Olivier Véran lors d'une conférence presse le 12 novembre. © Maxppp - LUDOVIC MARIN

"Nous reprenons le contrôle sur l'épidémie, c'est une bonne nouvelle", assure Olivier Véran ce lundi dans une interview accordée aux journaux régionaux du groupe Ebra. Le ministre de la Santé estime que "grâce au confinement, comme au mois de mars, le virus commence à moins circuler."

Le nombre de patients en réanimation est stable

Olivier Véran s'appuie sur plusieurs indicateurs. D'abord le nombre de nouveaux cas quotidiens : un peu plus de 27.000 dimanche, bien loin du pic à 86.000 enregistré il y a dix jours. Ensuite le taux de positivité des tests : 16,9% actuellement. Ce qui veut dire que sur 1000 personnes testées, 169 sont positives au Covid-19. Il y a une semaine ce taux était de près de 20%. 

Enfin le nombre d'admissions en réanimation : 270 entrées dimanche, un chiffre au plus bas depuis trois semaines. 4.880 patients sont en ce moment en réanimation, le chiffre stable depuis vendredi ce qui pourrait indiquer que le plateau a été atteint. "Tout porte donc à croire que nous avons passé un pic épidémique" conclut Olivier Véran, qui attribue cette amélioration au confinement, tout en affirmant qu'il est "clairement trop tôt pour crier victoire, et relâcher nos efforts."

Dans cette interview le ministre de la Santé évoque également l'arrivée espérée d'un vaccin, après l'annonce du laboratoire Pfizer la semaine dernière. Olivier Véran indique qu'une "campagne de vaccination ne commencera que quand nous aurons toutes les garanties de vacciner en toute sécurité la population". 

"Si nous disposons de plusieurs vaccins, nous ferons le choix de ceux qui nous paraissent les plus sûrs et les plus efficaces", a affirmé Olivier Véran tablant sur la possibilité que "d'ici le début de l'année prochaine, trois ou quatre laboratoires pourraient (...) demander une autorisation de mise sur le marché".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess