Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : transferts de patients de Roubaix et Tourcoing vers des hôpitaux de la région

En raison de la surcharge des hôpitaux de Roubaix et Tourcoing, seize patients sont transférés dans les hôpitaux de la région. Le patron des urgences Patrick Goldstein implore les habitants de respecter le couvre-feu.

Patrick Goldstein, le chef du pôle de l'urgence au CHU de Lille
Patrick Goldstein, le chef du pôle de l'urgence au CHU de Lille © Radio France - Stéphane Barbereau

Pour "redonner un peu d'air" aux hôpitaux sous tension de Tourcoing et Roubaix, seize patients vont être transférés en ambulance dès jeudi soir vers plusieurs hôpitaux de la région. Ces patients, contaminés par le coronavirus, ne sont pas en réanimation.

Trois partent pour le CHU de Lille, d'autres vont au CHAM de Montreuil (Pas-de-Calais) et dans la Somme à Amiens, Albert et Montdidier-Roye. Vendredi matin, des patients partiront de Roubaix pour l'hôpital privé de Villeneuve d'Ascq ou des lits ouverts par le privé à Tourcoing.

Une solidarité régionale

"C'est une solidarité régionale, les établissements des Hauts-de-France se serrent les coudes, car le taux d'incidence est très inquiétant à Roubaix et Tourcoing. Les soignants là-bas ne vont pas se reposer, c'est pour leur donner la possibilité d'accueillir de nouveaux patients. Ces places libérées le matin vont être occupées à 14h", explique Patrick Goldstein, chef du samu au CHU de Lille.

On ne veut plus être applaudis à 20h, on veut le respect du couvre-feu

Compte-tenu de la dégradation de la situation sanitaire, le patron des urgences s'emporte : "Il faut arrêter de rigoler, on ne veut plus être applaudis à 20h. Si les gens veulent nous rendre service il faut respecter le couvre-feu, en essayant de ne pas être à plus de six voire quatre, même dans la sphère familiale."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess