Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : treize pompiers du Gard en mission à Mayotte

-
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Treize pompiers du Gard se sont envolés vers l’île de Mayotte ce mardi soir pour une mission d’un mois. Un seul objectif : soulager les personnels soignants submergés par la crise sanitaire.

Les pompiers gardois juste avant le départ pour Mayotte.
Les pompiers gardois juste avant le départ pour Mayotte. © Radio France - Cédric Bonnefoy

Ils sont treize pompiers gardois à s’être envolés ce mardi soir vers Mayotte. Pour ces soldats du feu, volontaires ou professionnels, une seule mission : soulager l’hôpital de l’île submergé par les patients atteints de Covid-19. Même si le confinement est en vigueur, l’épidémie progresse. Le taux d’incidence frôle celui de Nice ou de Dunkerque, villes fortement touchées par l’arrivée des variants, notamment du variant britannique. 

Dans leurs valises, les pompiers du Gard emportent avec eux tout le matériel que l’on peut trouver dans un hôpital en métropole et 80 bouteilles d’oxygène, explique le lieutenant-colonel Michel Cherbétian, chef de la mission. Par ailleurs, les pompiers pourront armer quatre lits de réanimation supplémentaires, indique Isabelle Arnaud, volontaire pour la mission et médecin colonel au SDIS du Gard. 

L’intervention sur place est indispensable car l'hôpital de Mayotte est saturé. Les équipes sur place sont épuisées. "Ils vivent ce qu’on a vécu lors de la première vague en Moselle", détaille Isabelle Arnaud. 

L’ensemble des volontaires appartiennent à l’ESCRIM, l’élément de Sécurité civile rapide d’intervention médicale. Il est formé de soldats du feu venus des quatre coins de la France. Au total, plus d’une trentaine de pompiers vont se relayer. La mission doit durer un mois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess