Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : trois questions sur la stratégie vaccinale en Nouvelle-Aquitaine

Alors que la campagne de vaccination des plus de 75 ans s'ouvre ce lundi, l'Agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine et la préfète de la région ont fait le point sur les stocks disponibles, les centres de vaccination et la situation épidémiologique.

Les autorités sanitaires de Nouvelle-Aquitaine estiment que 100.000 personnes seront vaccinées d'ici la fin du mois de janvier dans la région.
Les autorités sanitaires de Nouvelle-Aquitaine estiment que 100.000 personnes seront vaccinées d'ici la fin du mois de janvier dans la région. © Radio France - Renaud Biondi-Maugey

"Nous démarrons la course finale contre la maladie" a lancé ce lundi matin la préfète de la région Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio lors d'une conférence de presse organisée dans un centre de vaccination ouvert à Arcachon, en Gironde. A ses côtés, le directeur général de l'Agence régionale de santé, Benoît Elleboode. Alors que le taux d'incidence du coronavirus est en augmentation ces derniers jours dans la région, les autorités sanitaires affirment que 100.000 personnes seront vaccinées à la fin du mois de janvier. 

Où en sont les stocks de vaccins ?

Au lancement de la campagne, 90.000 doses étaient disponibles en Nouvelle-Aquitaine. Pour Benoît Elleboode, "l'objectif est de vider les stocks". "D’ici trois semaines, l’intégralité des Ehpad de la région seront livrés" assure le directeur général de l'ARS qui évoque une "gestion des stocks à flux tendus". "Il faut s'y faire et s'organiser" ajoute-t-il précisant qu'avec l'accélération de la campagne vaccinale désormais ouverte aux personnes de plus de 75 ans, "la population éligible est plus nombreuse que le nombre de vaccins disponibles". 

Autre paramètre à prendre en compte : pour être vacciné, il faut recevoir deux doses et donc avoir deux rendez-vous. Dans les Ehpad, la deuxième dose doit être administrée 21 jours après la première. Hors Ehpad, la seconde piqure doit être faite dans un délai de 27 jours (à un jour près). Est-il conseillé de prendre d'emblée un deuxième rendez-vous quand on a le premier ? "C'est préconisé" répond le directeur général de l'ARS. Ce dimanche 17 janvier, au niveau régional on était à 44.767 personnes vaccinées. Voici la carte du nombre de personnes vaccinées par département (chiffres communiqués au 14 janvier).

Comment obtenir un rendez-vous dans un centre de vaccination ? 

"Il faut être patient" insiste Benoît Elleboode. La journée de vendredi a été marquée par une saturation des plateformes de prise de rendez-vous pour les centres de vaccination. Ce lundi matin, dans certaines villes de la région, le site Doctolib affiche encore complet quand on essaie de trouver un rendez-vous pour se faire vacciner. D'après l'ARS, plus de 100 centres seront "bientôt" ouverts dans toute la région. Benoît Elleboode précise : "On a volontairement limité les prises de rendez-vous sur quatre à cinq semaines car nous avons nous-même une visibilité à cinq-six semaines sur le nombre de vaccins que l’on a." Reste que, pour les patients de plus de 75 ans qui souffrent de pathologies lourdes, des créneaux sont réservés dans les établissements de santé où ils sont traités et, en passant par leurs médecins, ils doivent pouvoir se faire vacciner hors rendez-vous. Par ailleurs, des plages de rendez-vous sont réservées aux médecins traitants qui peuvent y inscrire leurs patients quand ils le jugent nécessaire. 

Pour connaître les centres de vaccination près de chez vous :

Quelle alternative quand on ne peut pas se déplacer dans un centre de vaccination ?

"Il n'y aura pas un centre de vaccination dans chaque commune" explique Fabienne Buccio. Pour les personnes de plus de 75 ans qui ne pourraient pas se déplacer jusqu'au centre le plus proche de chez elles, les professionnels de santé seront mobilisés quand le vaccin Moderna sera livré annonce l'Agence de santé. Médecins traitants, pharmaciens et infirmiers libéraux vont être mis à contribution "comme ils le sont pour la vaccination contre la grippe". Quant aux offres formulées par certains départements comme la Dordogne, d'ouvrir des centres de vaccination, le directeur général de l'Agence régionale de santé répond qu'il veille quant à lui à garantir "une équité" entre les territoires. "Aujourd’hui à Périgueux, il y a assez de centres de vaccination dans la ville et nous gardons des doses pour pouvoir aller sur d’autres territoires. Dans ce contexte où on ne peut pas vacciner tout le monde, il faut assurer une équité des territoires."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess