Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : un 18e cas diagnostiqué en France, le point sur la situation

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Un 18e cas de coronavirus a été confirmé par les autorités françaises mercredi soir. Cinq personnes sont hospitalisées. Une réunion est organisée à Matignon jeudi. France Bleu fait le point sur la situation.

15 millions de masques vont être répartis dans toutes les pharmacies de France a annoncé le ministre de la Santé le 26 février 2020
15 millions de masques vont être répartis dans toutes les pharmacies de France a annoncé le ministre de la Santé le 26 février 2020 © Maxppp - François Vignola

L'épidémie de coronavirus continue de s'étendre en Europe et notamment en France où un 18e cas a été diagnostiqué mercredi. Le virus a fait sa première victime française mercredi. Les autorités sanitaires essaient de déterminer comment cet enseignant, qui ne revenait pas d'une zone à risque, a pu être contaminé. Cinq personnes sont hospitalisées dans l'Hexagone. 

L'essentiel

  • Un 18e cas de coronavirus a été confirmé en France ce mercredi. Le virus a fait sa première victime française à Paris. Au total, deux personnes sont mortes, 11 autres ont été guéries, cinq sont hospitalisées.
  • Les chefs de partis et de groupes parlementaires sont conviés un point sur la situation à Matignon, jeudi à 8h30.
  • Un numéro vert est activé pour répondre aux questions : le 0800.130.000. Il est accessible tous les jours de 9h à 19h.

18 cas, deux morts et quatre patients hospitalisés en France

Un 18e cas a été diagnostiqué en France a annoncé le ministre de la Santé, Olivier Véran, mercredi soir. Il s'agit de l'épouse d'un patient hospitalisé à Annecy. "Son état de santé n'inspire pas d'inquiétude", a précisé le ministre alors qu'un Français de 60 ans, enseignant dans l'Oise, est mort dans la nuit de mardi à mercredi à Paris après avoir été infecté. L'homme, qui enseignait dans un collège de Crépy-en-Valois dans l'Oise, ne s'était pourtant pas rendu dans la zone principalement affectée par le virus. Il avait été testé en urgence lundi à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris dans un état gravissime. Des "investigations sont encore en cours (...) pour déterminer la source" de la contamination a indiqué le directeur général de l'Agence régionale de santé des Hauts-de-France.

Le plan blanc - qui permet la mise en place d'une cellule de crise, la mobilisation du personnel, voire le rappel de ceux qui ne travaillent pas - a été déclenché à l'hôpital de Creil, où l'homme avait d'abord été pris en charge.  

A Annecy, où est hospitalisé un patient, dont la femme est aussi contaminée, un dispositif spécial a été mis en place, et une cellule de crise ouverte.

Au total, 18 cas de personnes contaminées par ce virus ont été recensés en France. Deux sont décédés, 11 ont été guéris, et cinq sont toujours hospitalisés dont un dans un état grave à Amiens.

Numéro vert activé et mesures de précaution renforcées

Un numéro vert a été activé par le gouvernement pour répondre aux questions et aux inquiétudes sur le coronavirus. Il est accessible tous les jours, de 9h à 19h. Il s'agit du 0800.130.000. Une cellule de crise a également été mise en place dans les Hauts-de-France avec un numéro dédié : 03.20.30.58.00.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a également annoncé un "destock de 15 millions de masques" qui "seront répartis dans toutes les pharmacies d’officines du territoire national". 

Par ailleurs, en Ile-de-France, les maires ont reçu mercredi un "kit d'information" sur le coronavirus afin d'informer le plus clairement possible leurs administrés sur la situation, notamment dans les écoles où les consignes nationales ont parfois été appliquées de manière disparate. À Montigny-lès-Metz en revanche, le principe de précaution a été appliqué. Plusieurs élèves du lycée Jean-XXIII, de retour d'un voyage en Australie, ont ainsi été priés de rester confinés chez eux car ils ont fait escale à Singapour, un des pays touchés par l'épidémie. Même chose en Occitanie.

Des mesures insuffisantes pour la maire de Beauvais, Caroline Cayeux, et Nadège Lefebvre, présidente du conseil départemental de l'Oise. Elles réclament des conditions sanitaires plus strictes pour les vols en provenance et à destination de l'Italie depuis l'aéroport de Beauvais-Tillé. 

Des événements publics perturbés ou annulés

Plusieurs événements publics sont perturbés par la propagation de l'épidémie. Le match du Tournoi des six nations entre l'Irlande et l'Italie, prévu le 7 mars à Dublin, a été reporté à une date ultérieure en raison de l'épidémie de coronavirus, a annoncé mercredi la fédération irlandaise de rugby. La dernière journée du carnaval de Nice et la fête des citrons à Menton ont été annulées. 

La venue des 3.000 supporteurs de la Juventus de Turin à Lyon pour les 8ème de finale aller de la Coupe des champions mercredi soir a par ailleurs été vivement commentée. Plusieurs figures de l'opposition, dont Marine Le Pen, Ségolène Royal et Eric Ciotti (LR), ont ainsi dénoncé une décision "pas raisonnable", "totalement irresponsable" et "incohérente" que "l'opinion ne comprend pas".

Plusieurs académies et universités ont décidé d'annuler ou reporter les voyages à destination de l'Italie. C'est le cas par exemple à Rouen. Dans les Alpes-Maritimes, l'université a ouvert une cellule de suivi et annulé l'ensemble des échanges universitaires entre Nice et le nord de l'Italie.

Ce que l'on sait et ce que l'on ignore sur l'épidémie

Si les chercheurs et spécialistes des maladies infectieuses travaillent à trouver des traitements efficaces, de nombreuses questions demeurent sans réponses sur les modes de contagion ou encore la période d'incubation du virus. Cette période, qui sépare l'infection et l'apparition des symptômes, est estimée "entre un et 14 jours" par l'OMS. Mais des experts chinois ont estimé que la durée d'incubation pouvait aller jusqu'à 24 voire 27 jours. Un isolement de 14 jours pourrait alors se révéler insuffisant.

Selon les derniers chiffres de l'OMS, le coronavirus-Covid 19 est plus mortel que la grippe saisonnière et le taux de mortalité un peu supérieur à 3%. D'après une étude chinoise, les plus de 80 ans et les patients déjà atteints de maladies cardiovasculaires sont les plus susceptibles de développer des complications. Ces estimations globales doivent toutefois être prises avec prudence car on ignore combien de personnes sont réellement infectées.

D'après les spécialistes, le virus se transmet essentiellement par voie respiratoire et par contact physique. Chaque malade infecterait entre deux et trois personnes en l'absence de mesures de contrôle. C'est plus que la grippe (1,3), nettement moins que la rougeole (plus de 12), et comparable au Sras (3). Mais des personnes qui ne présentent que peu de symptômes pourraient passer entre les mailles du filet. 

Il n'existe ni vaccin ni médicament contre le coronavirus, et la prise en charge consiste à traiter les symptômes. Mais la chloroquine, médicament couramment utilisé contre le paludisme, a montré des signes d'efficacité a indiqué mardi Didier Raoult, directeur de l'Institut Méditerranée Infection à Marseille, en s'appuyant sur les résultats d'une étude clinique chinoise.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu