Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : un agent de sécurité de l'hôpital de Valenciennes porte plainte après s'être fait cracher dessus

-
Par , France Bleu Nord

Un agent de sécurité de l'hôpital de Valenciennes va porter plainte, après avoir été contaminé par le coronavirus. Il a été testé positif mi-août, une dizaine de jours après avoir reçu un crachat au visage de la part d'un patient malade.

Les faits se sont déroulés au cours de la nuit du 3 au 4 août au centre hospitalier de Valenciennes : l'agent de sécurité s'est fait cracher dessus par un patient atteint du Covid-19.
Les faits se sont déroulés au cours de la nuit du 3 au 4 août au centre hospitalier de Valenciennes : l'agent de sécurité s'est fait cracher dessus par un patient atteint du Covid-19. © AFP - François Lo Presti

Il s'est fait cracher dessus par un malade atteint du Covid-19 au début du mois d'août : un agent de sécurité de l'hôpital de Valenciennes a l'intention de porter plainte. Dans la nuit du 3 au 4 août, il est appelé, avec ses collègues, par des soignants aux prises avec un patient agité, qui doit passer un test PCR.

L'homme crache alors au visage d'un des agents, il s'avère que le malade est atteint du coronavirus.  Quelques temps après, l'agent qui s'est fait cracher dessus ressent à son tour des symptômes, il est testé positif aux alentours du 15 août. Il fait même un bref passage aux urgences de l'hôpital pour une radio des poumons. 

Salariés à l'isolement

Aujourd'hui, il va mieux, et a l'intention de porter plainte contre le patient, même s'il est impossible d'être sûr que la contamination a eu lieu cette nuit-là.  Deux de ses collègues ont été placés en quatorzaine, en attendant les résultats de leurs tests.

Ces agents -ils sont onze- travaillent pour la société privée Protec, employée par le centre hospitalier de Valenciennes pour assurer la sécurité du personnel et des patients. Même s'ils ne sont pas des soignants, ils peuvent aussi être en première ligne face au virus. Pour autant, ils ne bénéficient pas de prime Covid.

Pas de prime Covid

Le patron de Protec, Gil Ancelin, estime qu'il est impossible économiquement pour son entreprise, déjà très affaiblie par la crise, de verser ce genre de prime : "aucun hôpital, aucun ministère, n'a proposé de verser de prime aux prestataires sous-traitants. On est aujourd'hui face à des revendications, à des conflits sociaux à cause de ces annonces du gouvernement". Protec emploie 600 personnes en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess