Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

VIDÉO - Coronavirus : un "auto-isolement" des plus âgés serait "très compliqué", selon Gabriel Attal

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Demander un "auto-isolement" des personnes les plus âgées "semble être très compliqué" a commenté le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal ce vendredi sur France 2. Des membres du Conseil scientifique plaident pour.

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, à la sortie du Conseil des ministres au Palais de l'Elysée le 6 janvier 2021.
Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, à la sortie du Conseil des ministres au Palais de l'Elysée le 6 janvier 2021. © Maxppp - Aurelien Morissard / IP3

Pourquoi ne pas opter pour un "auto-isolement" des plus âgés et fragiles, plutôt que d'enchaîner les confinements ? Dans un article publié dans la revue médicale "The Lancet Public Health" jeudi, cinq membres du Conseil scientifique, dont son président, le professeur Jean-François Delfraissy, se disent pour. Estimant que "les conséquences sociales et sanitaires (notamment pour la santé mentale) sont colossales, en particulier pour les plus jeunes générations, bien qu'elles soient à faible risque" et que de nouveaux confinements pourraient avoir des effets dévastateurs sur l'économie, les chercheurs appellent les autorités à s'orienter vers une "nouvelle approche" basée sur "un contrat social clair et transparent" entre les générations car, rappellent-ils, le Covid-19 pourrait être là pour durer.

Selon ces membres du Conseil scientifique, "en vertu de ce contrat social, les plus jeunes générations accepteraient la contrainte de mesures de prévention (comme les masques, la distance physique), à la condition que les groupes les plus âgés et les plus vulnérables adoptent non seulement ces mesures-là mais aussi d’autres, plus spécifiques (comme l’auto-isolement selon un critère de fragilité) afin de réduire leur risque d’infection."

"Les personnes âgées sont déjà les plus confinées"

Une mesure rejetée par le gouvernement pour l'heure. "Il faut voir à quoi cela correspond et si c’est efficace", a expliqué Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement sur France 2 ce vendredi matin. "Les personnes âgées sont déjà les plus confinées, elles ont réduit leurs interactions, pour la plupart d’entre elles parfois elles n’ont pas vu leurs enfants, leurs petits-enfants depuis un an. Donc, il faut voir ce qu’est une étape supplémentaire : est-ce que ça veut dire ne plus sortir faire ses courses, ne plus recevoir d’aide à domicile ? Ça semble très compliqué", a-t-il avancé.

"Il n’y a pas eu d’efficacité prouvée d’une telle mesure dans le monde" a-t-il ajouté reprenant les propos du ministre de la Santé, Olivier Véran. Avec "la vaccination qui continue à se déployer", "on peut espérer que dans les prochaines semaines, les prochains mois, on puisse commencer à alléger les restrictions", a conclu le porte-parole du gouvernement.

"Une mesure inapplicable", pour l'Union française des retraités

"Une telle mesure serait inapplicable", estime également Christian Bourreau, président de l'Union française des retraités.

"Ce n'est pas du côté des vieux qu'il y a des écarts. Dans la rue, qui ne porte pas son masque ? Ce ne sont pas les vieux. Ils sont chez eux, ils sortent quand ils en ont besoin, le moins possible évidemment, et quand ils ont des occasions festives, ils n'y vont pas. Ce ne sont pas eux qui organisent des rave parties avec 300 à 500 personnes", a-t-il dénoncé sur franceinfo.

D'après lui, "il y a une méconnaissance de la situation des personnes âgées qui sont des gens responsables, qui sont informés des risques et qui prennent toutes les précautions, avec le masque et le gel". À cela, il "manque la vaccination", dit Christian Bourreau. "La solution : faire en sorte de vacciner les personnes à risques, de plus de 65 ans, car aujourd'hui, ce n'est pas le cas", déplore-t-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess