Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : un camps d'été annulé et deux centres fermés dans la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Un seul cas de coronavirus détecté chez une animatrice asymptomatique a entraîné la fin des vacances pour un groupe d'une quinzaine d'enfants de Saint-Paul-en-Jarez et de L'Horme. Ils étaient partis à Saint-Christo-en-Jarez pour la semaine. Les centres de loisirs des deux communes ont aussi fermé.

Les enfants étaient partis pour passer une semaine à Saint-Christo-en-Jarez
Les enfants étaient partis pour passer une semaine à Saint-Christo-en-Jarez © Maxppp - Vincent Isore

Plusieurs cas de Covid-19 ont été repérés dans des centres de loisirs du territoire ces derniers jours. La semaine dernière c'était déjà le cas à Chateauneuf, une vingtaine de familles ont été invitées à se faire dépister après qu'un jeune garçon ait été testé positif. 

Cette semaine, deux autres centres d'accueil des jeunes ont fermé : celui de l'Horme et celui de Saint-Paul-en-Jarez. Un groupe de 14 enfants des deux communes partis en camps d'été à Saint-Christo-en-Jarez ont dû être rapatriés au bout de deux journées de séjour. Une animatrice du centre de Saint-Paul-en-Jarez a été testée positive au Covid-19, même si elle ne présentait aucun symptôme. 

Mieux vaut prévenir que guérir 

Ni l'ARS, ni le département n'a préconisé une fermeture des centres, mais la municipalité de L'Horme a préféré appliquer ce protocole strict. Une position qu'assume Audrey Berthéas, première adjointe à la mairie de L'Horme : "On préfère avoir l'étiquette d'être trop précautionneux, plutôt que de ne pas avoir mesuré un possible risque et d'avoir laissé faire. On a peur de ce qui pourrait arriver au mois d’août." explique-t-elle.

"Si on peut anticiper et éviter une nouvelle crise, je pense qu'on se doit de le faire" - Audrey Berthéas

Un effet de psychose à éviter

Une position que ne partage pas vraiment le maire de Saint-Paul-en-Jarez, Kamel Bouchou. Pour lui "il y a eu un vent de psychose" dans cette affaire. 

L'élu, par ailleurs médecin à l'hôpital de Saint-Chamond, aurait préféré que les choses soit faites autrement : "Dès qu'une personne est porteuse du coronavirus, ça prend des proportions importantes. On aurait pu poursuivre le camps et ne pas fermer les centres. Si on respecte les consignes avec le port du masque, le lavage des mains, la distanciation, on ne craint rien. Il faut quand même apprendre à vivre avec ce virus, sinon on ne va plus rien faire !

Des tests vont être réalisés pour les animateurs en contact avec la personne contaminée. Pour l'instant, l'ARS ne préconise pas de tests pour les 14 enfants partis en camps d'été.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess