Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : un centre de vaccination éphémère à Auxerre Expo pour se préparer à la vaccination de masse

-
Par , France Bleu Auxerre

Ce dimanche, 220 personnes ont été vaccinées à Auxerre Expo entre 9 heures et 13 heures. Il s'agissait à la fois d'écouler de nouvelles doses imprévues de vaccin Astra Zeneca, mais également de se préparer à passer à la vitesse supérieure dans les prochaines semaines.

220 personnes ont reçu leur première dose d’Astra Zeneca à Auxerre Expo, transformé en centre de vaccination éphémère ce dimanche.
220 personnes ont reçu leur première dose d’Astra Zeneca à Auxerre Expo, transformé en centre de vaccination éphémère ce dimanche. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

L'information est tombée vendredi soir dernier : grâce à 200 nouvelles doses de vaccin Astra Zeneca, Auxerre a ouvert un premier centre éphémère de vaccination à Auxerre Expo. Dès le samedi après-midi, l'ensemble des créneaux de vaccination étaient complets mais quelques patients de dernière minute ont pu bénéficier du précieux vaccin. Au total, 220 personnes ont été vaccinées entre 9 heures et 13 heures, ce dimanche, grâce à cette opération coup de poing qui a permis également de tester la logistique en vue des prochaines semaines où la campagne de vaccination doit passer à la vitesse supérieure.

Une chaîne rodée pour gagner un maximum de temps

Le patient remplit lui même le questionnaire de vaccination

Dans l'une des salles d'Auxerre Expo, cinq tentes ont été installées. Devant chacune d'elles, il y a une file d'attente et une table. Dans le centre de vaccination éphémère, tout est fait pour gagner du temps. Par exemple, c'est le patient lui même qui remplit le questionnaire de vaccination en attendant de recevoir la piqûre. " C'est un questionnaire simple, bien conçu" explique Gérard qui souffre de diabète et de problèmes au cœur et qui fait donc partie du public de 50 à 75 ans prioritaire pour la vaccination. 

Le patient remplit lui même le questionnaire en attendant d'être vacciné.
Le patient remplit lui même le questionnaire en attendant d'être vacciné. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Une personne pour la piqûre...

Après une vingtaine de minutes d'attente, c'est à son tour de se faire piquer. Il est pris en charge par un binôme composé d'un médecin et d'un infirmier. Pendant que le médecin vérifie avec lui le questionnaire, il retire sa veste. Derrière lui, sur la table, les doses sont déjà prêtes. "Elles sont prêtes en amont parce que les flacons contiennent officiellement 10 doses, mais on arrive à en faire un peu plus si on est très précautionneux" explique le Docteur Stéphane Cornélis, qui d'habitude officie en tant que responsable du site de l'Yonne de centre de dépistage des cancers. Dans chacun des cinq chaînes de vaccination mises en place chacun à son rôle : " je vérifie que le patient peut recevoir l'injection, j'effectue la vaccination et ensuite mon binôme infirmier va procéder à l'enregistrement et on va donner le certificat de vaccination que je vais signer ".

Pour gagner du temps, les doses des cinq chaînes de vaccination ont été préparées en amont de l'opération.
Pour gagner du temps, les doses des cinq chaînes de vaccination ont été préparées en amont de l'opération. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Le binôme s'occupe de l'administratif 

Le binôme, justement, c'est Dylan Flé-Moreau, infirmier chez les sapeurs-pompiers. Il se charge de la partie administrative et veille sur les patients vaccinés durant une quinzaine de minutes "et puis on se relaie avec le médecin" précise-t-il. "Les étapes sont bien orchestrées" constate Gérard, qui confie avoir rencontré " une facilité presque déconcertante !". Il faut dire qu'en une heure, à peine, il a été vacciné et il a déjà son rendez-vous, le 11 mai prochain, pour la seconde injection.  

Dans chaque binôme un médecin et un infirmier. L'un pique, l'autre gère l'administratif et surveille les patients après la piqûre.
Dans chaque binôme un médecin et un infirmier. L'un pique, l'autre gère l'administratif et surveille les patients après la piqûre. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Pourquoi le choix d'Auxerre Expo ? 

Gérard a reçu l'une des 200 doses de vaccins arrivées à la dernière minute, jeudi soir, à Auxerre. Il s'agit en partie de doses non utilisées lors de la campagne de vaccination auprès des personnels soignants et dans les centres médico-sociaux. Le choix a été fait d'installer le centre à Auxerre Expo, plutôt que d'utiliser ceux déjà existants dans la ville. Ces derniers " ne permettaient pas d'installer cinq chaînes de vaccination" explique le préfet de l'Yonne, Henri Prévost. 

Un galop d'essai avant l'industrialisation de la vaccination

De son côté, Damien Borgnat adjoint à la déléguée de l'Agence Régionale de Santé dans l'Yonne explique aussi qu'il s'agissait d'une sorte de galop d'essai avant le mois d'avril où la vaccination va devoir s'industrialiser: "Cette opération nous permet de calibrer, un peu, une opération de plusieurs centaines de personnes par jour ou plusieurs milliers de personnes par jour sur un même endroit". L'opération pourrait d'ailleurs être amenée à se répéter indique le préfet, qui y voit un bon complément aux centres principaux et secondaires déployés dans l'Yonne.

Le centre d'Auxerre Expo amené à rouvrir pour d'autres opérations éphémères

Reste une problématique essentielle : la main d'œuvre. Ce dimanche, pour administrer la fameuse piqûre, ce sont des médecins libéraux, hospitaliers ou encore retraités qui ont donné de leur temps, ainsi que des infirmiers libéraux, retraités ou même issus des sapeurs-pompiers. L'ARS lance donc un appel à toutes les bonnes volontés pour les semaines à venir puisque les doses de vaccins devraient être multipliées par trois. 

Information : une opération similaire va avoir lieu mardi et mercredi au centre de vaccination installé de Sens (rue René Binet). Il faut prendre rendez-vous. Il s'agira aussi de 200 doses d'Astra Zeneca. Elles sont destinées aux personnes de plus de 75 ans et aux personnes de 50 à 75 ans présentant des facteurs de comorbidités.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess