Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : un essai clinique à Nancy pour le vaccin Janssen

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Les premières injections ont eu lieu ce jeudi à Nancy. Un essai clinique vient de débuter pour évaluer l'efficacité et les éventuels effets secondaires du vaccin Janssen, filiale de Johnson & Johnson. Jusqu'à une centaine de personnes pourraient être concernées.

Vaccin contre le Covid-19 (illustration)
Vaccin contre le Covid-19 (illustration) © Maxppp - Aurelien Morissard

Un essai clinique vient de débuter à Nancy. Il concerne le vaccin contre le Covid-19 élaboré par Janssen, filiale de l'américain Johnson & Johnson. Les premières injections de ce vaccin, pas encore validé par les autorités de santé européennes, ont débuté à Nancy ce jeudi 18 février.

Jusqu'à cent participants à Nancy

Concrètement, jusqu'à une centaine de personnes pourraient intégrer cet essai de phase 3  à Nancy, cela concernera 30.000 personnes dans le monde. Mais pourquoi un essai alors qu'un précédent a permis de déposer des demandes d'autorisation de mise sur le marché ? Réponse du professeur Patrick Rossignol, médecin coordonnateur au centre d'investigation clinique plurithématiques de Nancy : 

"La laboratoire Janssen a rendu compte des premiers résultats sur une dose unique [...] Le vaccin s'est avéré efficace à 66% sur les formes modérés et sévères et de 85% sur la prévention des formes sévères. L'enjeu, c'est de savoir si une double injection à deux mois d'intervalle permettrait de faire encore mieux."

Suivi de deux ans

Parmi les volontaires, la moitié reçoit le vaccin, l'autre un placebo et l'on évalue dans le temps leur réponse immunitaire mais aussi les éventuels effets secondaires. Les participants à cet essai, recrutés via la plateforme Covireivac, seront suivis sur une période de deux ans : 

"Il y aura un suivi prolongé pour avoir la réponse sur d'éventuels effets indésirables. Il peut y avoir des visites avec des prises de sang, des entretiens à distance. Les personnes sont équipées d'une forme de cahier d'observations qu'elles remplissent. Elles sont en contact avec nous pour nous signaler si elles développent des symptômes."

Des participants qui sont informés de l'ensemble de la procédure et qui peuvent quitter l'essai s'ils le souhaitent.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess