Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : un manque de recul sur les effets des vaccins ? Non explique un professeur du CHU d'Angers

Par

La vaccination obligatoire contre la Covid-19 pour les soignants est au cœur d'un projet de loi présenté ce lundi en conseil des ministres. Si les vaccins ont encore leurs opposants, Vincent Dubée chef de service des maladies infectieuses et tropicales au CHU d'Angers tient à rassurer.

Vaccination (illustration) Vaccination (illustration)
Vaccination (illustration) © Maxppp - Fred HASLIN

- Les vaccins contre la Covid-19 ont été élaborés très rapidement après le début de l'épidémie en mars 2020. Les inquiétudes sont-elles fondées ? 

Publicité
Logo France Bleu

Ces vaccins ont en effet été développés dans un temps record, néanmoins toutes les étapes réglementaires encadrant le développement de médicaments ont été respectées ainsi que toutes les étapes d'évaluation de sécurité. Ces vaccins, lors des étapes finales de développement, ont été testés sur des dizaines de milliers de patients. Aujourd'hui nous avons encore une vision incomplète des événements indésirables, mais c'est une vision malgré tout rassurante sur la tolérance de ces vaccins pour l'homme à court terme. J'ajoute qu'il est peu probable que ces vaccins aient des effets indésirables au long terme pour plusieurs raisons. 

Premièrement, l'ARN Messager est une petite partie du génome du virus et il y a très peu de chance que cette petite partie du génome injectée chez l'homme, ait plus d'effets indésirables que le virus en lui-même. Deuxièmement, la plupart des effets indésirables observés après les vaccins surviennent dans les semaines qui suivent l'administration du vaccin. Et donc là, on a observé un recul suite au début de la campagne de vaccination depuis le début de l'année. 

- Comment expliquez-vous alors le scepticisme ambiant autour de ces vaccins en France ? 

On est sur un sujet qui est hautement inquiétant. En France, on a toujours eu un terreau de scepticisme au sujet des vaccins. On est la nation au monde où il y a le plus de vaccino-sceptiques. La situation s'est un peu améliorée après l'obligation vaccinale. Et puis la nouveauté inquiète. Ces vaccins à ARN Messager n'étaient pas utilisés jusque-là à grande échelle. Néanmoins, il faut quand même savoir que ces types de vaccins sont testés depuis les années 90 chez l'homme et donc on a un recul important sur leurs utilisations. 

- La technologie de l'ARN Messager peut être fabriquée rapidement. C'est cela aussi qui inquiète ?

Exactement. Si ces vaccins ont été développés plus rapidement que les vaccins classiques entre guillemets, c'est qu'ils sont faciles à faire. Les vaccins classiques sont surtout basés sur des protéines. Des protéines du virus qui sont injectées le plus souvent avec des adjuvants. La production de protéines in vitro est très longue et très complexe. Et c'est pour cette raison que les vaccins traditionnels, basés sur des protéines, ne sont pas encore utilisés pour la Covid-19. En revanche, pour les vaccins à ARN Messager, grâce aux techniques de réaction en chaîne, sont très faciles à mettre au point. Donc on a utilisé toutes les recherches qui avaient été faites depuis les années 90 autour des vaccins, à l'occasion de cette crise. 

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

Publicité
Logo France Bleu