Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : un médecin du CHU de Poitiers vous explique comment fabriquer vos propres masques en tissu

-
Par , France Bleu Poitou
Poitiers, France

Alors que les masques chirurgicaux et FFP2 sont réservés aux personnels soignants, comment peut-on se protéger du coronavirus quand on sort ? Les masques faits maison sont efficaces, à condition qu'ils soient fabriqués et utilisés correctement, nous explique Olivier Castel, du CHU de Poitiers.

Confectionner son propre masque de protection en tissu
Confectionner son propre masque de protection en tissu © Radio France - Florence Gotschaux

Et si on profitait du confinement pour fabriquer ses propres masques de protection contre le coronavirus ? Un certain nombre de tutoriels sont disponibles sur internet. Olivier Castel, responsable médical de l’UF et de l’UM d’hygiène hospitalière au CHU de Poitiers, nous explique le vrai du faux sur les masques en tissu et donne ses conseils pour utiliser des masques qui protègent suffisamment.

Les masques en tissu sont-ils vraiment utiles ?

Il faut déjà rappeler que les masques fait à la maison ne s'adressent qu'à la population, pas au personnel soignant, qui doit disposer lui de masques chirurgicaux ou FFP2. Dès lors, peut-on se fier à ceux que l'on fabrique soi-même ?

"Faute d'études, on ne sait pas si le coronavirus survit longtemps sur les tissus", pointe Olivier Castel. En revanche, des tests sur la fiabilité des masques en tissu ont été menés pendant l'épidémie du SRAS, et ils sont encourageants : "une étude de 2008 montre une efficacité significative de ces masques faits main". 

Dans cette expérimentation, ces masques fabriqués à partir de torchons en coton sont deux fois moins efficaces que les masques chirurgicaux, mais "ils restent protecteurs par rapport à rien du tout, explique Olivier Castel. Il faut souligner la conclusion des chercheurs : ces masques ne souffriraient pas d'approvisionnement limité car on n'a pas besoin de ressources supplémentaire à grande échelle pour les fabriquer". Ces masques peuvent jouer un rôle dans la baisse du nombre de personnes contaminées.

Comment fabriquer un masque fiable, et comment l'entretenir ?

Pour confectionner son masque, Olivier Castel recommande de s'inspirer des patrons rendus publics par le CHU de Grenoble : "parmi eux, il y a un modèle à triple couche, avec du molleton ou de la polaire fine emballée dans du coton. C'est un vrai plus." Chez soi, on peut remplacer le molleton par de la microfibre, qui est un tissu hydrophobe, et utiliser un lacet à la place de l'élastique. Le CHU de Grenoble propose par ailleurs des modèles adaptés aux enfants.

Une fois le masque fait, encore faut-il savoir l'utiliser correctement. "On ne le met que quand on sort, rappelle Olivier Castel, on l'enlève quand on rentre chez soi, en le prenant par les côtés et en évitant la bouche. Il faut le glisser dans une poche plastique jusqu'à ce qu'il soit lavé." Le CHU de Grenoble recommande un lavage à 30 degrés avec votre lessive habituelle. Il faut aussi que le masque soit correctement séché. "On peut également le repasser, la température va tuer le virus", indique Olivier Castel.

Un masque ne remplace pas le confinement. Olivier Castel

Tout cela reste du stade de l'expérimentation, tient à rappeler le praticien : "La meilleure barrière, c'est de rester confiné, de respecter les distances si l'on sort et de se laver les mains". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu