Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : un médecin généraliste de Tourcoing juge "criminelle" la politique du gouvernement

-
Par , France Bleu Nord

Après la mort de deux médecins généralistes atteints du coronavirus dans le Nord, le secrétaire général de la CSMF 59/62, Bertrand Legrand, médecin à Tourcoing, lance sur France Bleu Nord un cri d'alarme : il dénonce la politique du gouvernement qu'il juge "scandaleuse" et "criminelle".

Bertrand Legrand, secrétaire général de la CSMF 59-62 et médecin à Tourcoing
Bertrand Legrand, secrétaire général de la CSMF 59-62 et médecin à Tourcoing © Radio France - Cécile Bidault

Nous l'évoquions ces derniers jours sur France Bleu Nord, deux médecins généralistes sont morts récemment du coronavirus dans le Nord. Ces praticiens sont en première ligne dans la lutte contre le Covid-19, et ce vendredi 24 avril, l'un d'entre eux ne cache pas son inquiétude, et sa colère face à la politique sanitaire du gouvernement.

Choqués, endeuillés, mais pas vraiment surpris

Invité de France Bleu Nord, Bertrand Legrand est médecin généraliste à Tourcoing, dans la métropole lilloise, il est le secrétaire général de la Confédération des syndicats médicaux français 59-62 (CSMF). "On est choqués, endeuillés, mais en même temps pas vraiment surpris", réagit Bertrand Legrand, "parce qu'on a été envoyés en première ligne sans masque, sans protection. Juste pour mon cabinet où on est deux médecins, on a eu, en tout et pour tout, un peu moins d'une centaine de masques depuis le début de l'épidémie".

C'est totalement criminel de la part du gouvernement de ne pas nous avoir équipés

Le médecin est inquiet pour les semaines à venir : "on a des chiffres qui nous viennent d'Amérique ou d'Italie,  où on parle de 40 à 50% des soignants contaminés dans les deux premières semaines. Les personnes qui transmettent le plus le virus aujourd'hui, ce sont les soignants, les médecins, car c'est une maladie qui se transmet avant d'être malade, au moment où il n'y a pas de signes. C'est totalement criminel de la part du gouvernement de ne pas nous avoir équipés de protections". 

ECOUTEZ : la colère de Bertrand Legrand, médecin généraliste à Tourcoing, invité de France Bleu Nord

La deuxième vague se prépare

Selon lui, "la deuxième vague se prépare. Des nouvelles contaminations, j'en vois tous les jours au cabinet". Le docteur Legrand ne mâche pas ses mots lorsqu'il s'agit de qualifier la politique du gouvernement : "on fait les mauvais choix les uns après les autres. C'est le même problème pour la politique de tests". Il estime qu'il faut "tester massivement les gens qui sont porteurs, chercher le virus, non pas les anticorps. Comme l'ont fait l'Islande, la Corée du Sud, Taïwan, il faut les faire de manière aléatoire. Le reste du monde existe, la France n'est pas une exception".

On va droit vers une catastrophe avec cette politique de tests

Ce n'est pour l'instant pas le choix du gouvernement, ce que dénonce le Dr Legrand : "si on ne teste que les gens symptomatiques, on va se retrouver avec des faux négatifs. Ça veut dire qu'on est en train de libérer dans la nature des malades contagieux, c'est proprement scandaleux. On va droit vers une catastrophe avec cette politique de tests".  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Ce sont des choses qu'on apprend en première année de médecine !

Le médecin tourquennois affiche sa colère, et tacle le ministre de la santé Olivier Véran à coup de vidéos sur les réseaux sociaux qui font des centaines de milliers de vue : "c'est une colère froide, parce que ce sont des choses qu'on apprend en première année de médecine ! On a un médecin qui est ministre de la santé ! A un moment, il faut qu'il se pose devant une feuille, et qu'il réfléchisse intelligemment".

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess