Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : cri d'alerte d'un médecin strasbourgeois qui appelle à une collecte de masques

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Alexandre Feltz, médecin et adjoint au maire de Strasbourg en charge de la santé, lance un appel à la solidarité pour collecter des masques qui risquent de manquer ces prochains jours aux soignants.

Masque (photo d'illustration)
Masque (photo d'illustration) © Maxppp - Philippe Turpin

Ils sont en première ligne face à l’épidémie de coronavirus. Tous les soignants (les médecins libéraux, les médecins hospitaliers, les infirmiers, les pharmaciens, les kinés) doivent absolument se protéger pour ne pas être contaminés par le Covid 19 et ne pas transmettre le virus à leurs patients. Pour assurer leur mission, ils ont besoin de masques, mais la situation devient très critique à Strasbourg.

On peut encore tenir quelques jours mais pas plus " - Alexandre Feltz, adjoint au maire de Strasbourg en charge de la santé

La ville et l'Eurométropole viennent d'envoyer un millier de masques à l'Agence Régionale de Santé (ARS). L'Etat, la CAF et les pompiers en ont également acheminé de leur coté. Un geste salué par Alexandre Feltz, médecin et adjoint au maire de Strasbourg en charge de la santé, avant de relativiser, "on peut tenir encore quelques jours mais pas plus" dit-il.

Un appel à la solidarité 

Ainsi, Alexandre Feltz lance un appel à toutes les personnes, les industries, les institutions pour qu'elles adressent rapidement à l'ARS des masques qui seront redistribués aux professionnels de santé.

"Le gouvernement n'a pas anticipé ces éléments là au début de la crise chinoise. Voilà pourquoi les réserves ne sont pas suffisantes aujourd'hui" regrette Alexandre Feltz. Les hôpitaux en ont le plus besoin, en sachant que les masques dit "chirurgicaux" ne peuvent être utilisés que pendant quatre heures environ

Choix de la station

À venir dansDanssecondess