Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : une nouvelle étude clinique sur l'efficacité de la chloroquine lancée en France

-
Par , France Bleu, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Le CHU d'Angers lance à partir de ce mercredi une nouvelle étude clinique pour mesurer l'efficacité de l'hydroxychloroquine contre le COVID-19. 33 hôpitaux français sont associés à cet essai. 1.300 malades, dans un état non inquiétant, font partie du dispositif.

L'hydroxychloroquine est un dérivé de la chloroquine, une molécule utilisée pour soigner le paludisme
L'hydroxychloroquine est un dérivé de la chloroquine, une molécule utilisée pour soigner le paludisme © AFP - GERARD JULIEN

Après le grand test européen lancé la semaine dernière, y compris en France, la France lance un nouvel essai clinique sur l'efficacité de l'hydroxychloroquine contre le COVID-19. Ce dérivé de la chloroquine, molécule présente dans les médicaments contre le paludisme, est déjà utilisé à l'IHU de Marseille par le professeur Didier Raoult, qui affirme qu'elle soigne le coronavirus

33 hôpitaux mobilisés en France 

Cet essai clinique, "Hycovid", comme il a été baptisé, va être mené sur 1.300 patients, dans 33 hôpitaux de France. Selon Ouest-France, ils sont surtout dans l'ouest (Cholet, Lorient, Brest, Quimper, Poitiers) mais aussi dans le nord (Tourcoing, Amiens) dans le sud-ouest (Toulouse, Agen), et en région parisienne. Colmar va également participer à l'étude. Le CHU d'Angers est l'établissement qui pilote ce test. 

Un protocole très strict 

Les patients concernés sont malades du COVID-19 et la molécule sera administrée à des malades qui ne sont ni dans un état préoccupant ni en réanimation,mais qui présentent des risques élevés d'évolution défavorable. "Nous traiterons les personnes précocement, ce qui est probablement un élément déterminant de la réussite de la prise en charge", souligne le professeur Vincent Dubée, instigateur principal du projet au CHU d'Angers. 

Pour la plupart, ce patients sont âgés (plus de 75 ans) ou présentent des troubles respiratoires avec besoin d'oxygène, mais sans détresse respiratoire. Les patients pourront recevoir le traitement à l'hôpital, dans les EHPAD, ou chez eux.

Le professeur Vincent Dubée promet un essai rigoureux : 

Il s'agit d'une étude qui répond aux standards scientifiques et méthodologiques les plus élevés. Elle sera réalisée dans des conditions qui ne laisseront pas de place au doute dans l'analyse des résultats. 

Tous les malades ne recevront pas le médicament, puisqu'il y aura un placebo. Sans que le patient ni le médecin ne le sachent.

Des premiers résultats sous 15 jours

L'enjeu de ces règles strictes est de "clore le débat" sur l'efficacité de la chloroquine, souligne le professeur Dubée. Grâce à ce protocole, il affirme qu'il n'y aura "pas de doute" dans l'analyse des résultats. 

On attend les premiers résultats d'ici 15 jours et les conclusions à la fin du mois, mais le professeur Alain Mercat, président de la commission médicale d'établissement du CHU d'Angers affirme qu'on ne perdra pas de temps : 

Si l'effet du médicament est très important, la réponse va probablement être très rapide. Très vite, il y aura tellement de vies sauvées ou de patients non intubés qu'on pourra le voir et arrêter l'étude. Si l'effet est moins important, ça prendra un peu plus de temps. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu