Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : un premier cas dès le mois de novembre en Alsace

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu
Alsace - France

Une équipe de l'hôpital Albert Schweitzer de Colmar analyse l'ensemble des clichés de scanners thoraciques réalisés dans l'établissement. Les premiers résultats de son étude montre un premier cas "typique Covid" dès le 16 novembre 2019 dans ce centre hospitalier.

2456 scanners ont pour l'instant été analysés à Colmar
2456 scanners ont pour l'instant été analysés à Colmar © Maxppp - Stéphanie Para

Depuis plusieurs jours, le chef du département d'imagerie médicale de l'hôpital Albert Schweitzer de Colmar, Michel Schmitt a ressorti tous les scanners thoraciques effectués dans l'établissement entre le 1er novembre 2019 et le 30 avril 2020. En tout 2.456 scanners réalisés pour toutes sortes de motifs : pathologies cardiaques, pulmonaires, traumatiques et tumorales. Les scanners classés "typique covid" ont ensuite été examinés par deux autres radiologues.

Une progression très lente entre novembre et février

D'après ces investigations, le premier cas de coronavirus remonterait au 16 novembre. La progression est ensuite très lente jusqu'à la fin du mois de février, avant une augmentation rapide à partir du 31 mars. Comme le docteur Michel Schmitt et ses collègues ont pu le constater, le virus était donc déjà en circulation en novembre en Alsace. Il s'est dispersé avec les marchés de Noël et les fêtes de fin d'année avant d'exploser au moment du rassemblement religieux à Mulhouse en février.

Pour le Dr Schmitt, cette découverte n'est qu'une "demie-surprise". "_Nous avions tous été frappés (_intrigués, ndlr) cet automne par des épisodes grippaux un peu bizarres, qui ont duré plus longtemps que d'habitude, avec plus de douleurs, plus de température, plus de fatigue". 

"On avait un à deux patients par semaine, au tout début. Ensuite sont arrivés les fêtes de Noël et les marchés de Noël et il y a eu un peu plus de contagions. Et tout a démarré vraiment chez nous, à Colmar, le 6 mars". A partir de cette date, le centre hospitalier a fait face à la nette montée épidémique constatée en parallèle dans les autres établissements d'Alsace. 

Le Dr Schmitt intrigué cet automne par des syndromes grippaux bizarres

A la recherche du patient zéro

Les premiers patients identifiés grâce au réexamen de ces scanners thoraciques habitaient l'Alsace. Ils n'ont pas été questionnés à l'époque, durant l'automne et l'hiver 2019, donc, sur leurs voyages et leurs liens avec l'Asie mais il est vrai que la ville de Colmar est très appréciée des touristes chinois, depuis une émission de téléréalité culinaire tournée dans la commune.

Cette étude doit maintenant être approfondie avec l'analyse d'autres scanners, avec l'examen des données biologiques de ces patients et des rapports d'hospitalisations. Une collaboration avec une équipe du CNRS et avec des chercheurs du CHU de Clermont-Ferrand a été lancée. Les hôpitaux de Strasbourg et de Nancy devraient, eux aussi, revisiter les dossiers médicaux de leurs patients.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess