Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus: un restaurateur arrageois propose des plats à emporter pour faire face aux mesures de confinement

-
Par , France Bleu Nord

Entreé/plat, plat/dessert ou entrée/plat/dessert... Gabriel Asseman propose les trois formules. Mais aucun client ne franchit la porte du restaurant, tout est servi devant l'établissement dans le plus stricte respect des règles sanitaires.

Son restaurant reste fermé, c'est sur le pas de la porte que les clients viennent chercher leurs plats à emporter
Son restaurant reste fermé, c'est sur le pas de la porte que les clients viennent chercher leurs plats à emporter - Gabriel Asseman

"Quand on a appris le 14 mars que nous devions fermer notre restaurant le soir même, on était effondré".  Comme tous ses collègues restaurateurs, Gabriel Asseman n'a pas eu le temps d'anticiper la décision. Le chef de "l'Oeuf ou la Poule" a Arras avait prévu ses menus de la semaine suivante, il avait fait ses courses de produits frais, ses frigos étaient pleins. Pour ne pas perdre ses stocks il a donc dû improviser.

"J'ai été contraint de mettre toute mon équipe au chômage partiel, regrette le cuisinier, mais je ne pouvais pas envisager de rester sans rien faire". Alors il est retourné aux fourneaux pour continuer de faire ce qu'il fait si bien faire: la cuisine! Mais plutôt que de servir en salle, c'est sur le pas de sa porte qu'il accueille les clients qui viennent chercher leurs plats qu'ils remportent ensuite chez eux.

Pas carte mais du choix

Alors bien sûr, inutile de demander la carte, elle plutôt restreinte. "Mais on garde notre philosophie des produits frais et locaux". Tous les jours, Gabriel Asseman affiche sur une ardoise les plats du jour qu'il propose ainsi que les entrées et les desserts qui sont disponibles.

Pas de carte mais une ardoise qui propose la sélection du jour - Aucun(e)
Pas de carte mais une ardoise qui propose la sélection du jour - Gabriel Asseman

Des plats du jour que l'on retrouve sur sa page Facebook pour que les clients puissent passer leur commande. Le service se fait donc dans la rue piétonne et en respectant toutes les règles d'hygiène. "Il y a les gens du quartier qui trouvent une solution de facilité, ceux qui travaillent mais qui habitent trop loin pour rentrer chez eux à l'heure du déjeuner, et dans certains cas on peut même livrer à domicile".

La nourriture ça influe sur le moral et un bon plat ça fait partie des petits plaisirs en période de confinement...

Parmi ses clients privilégiés, un vieux monsieur âgé de 93 ans. Sa fille n'habite pas dans la région, "elle m'a demandé si je pouvais lui livrer ses repas tous les jours" sourit le restaurateur qui parfois passe chez certains autres clients en rentrant chez lui.

Gabriel Asseman est bien conscient que cette solution ne peut pas compenser le chiffre d'affaire qui restera perdu, "mais si ça peut m'éviter de fermer à la fin du confinement..."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu