Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

VIDÉO - Coronavirus : un TGV médicalisé emporte 20 patients alsaciens vers des hôpitaux des Pays de la Loire

Un TGV médicalisé a quitté Strasbourg ce jeudi matin pour la région Pays de la Loire. Il emporte à son bord 20 patients lourdement touchés par le covid-19. Il s'agit de soulager les hôpitaux alsaciens.

En gare de Strasbourg, l'embarquement des malades du Covid-19 dans le TGV médicalisé.
En gare de Strasbourg, l'embarquement des malades du Covid-19 dans le TGV médicalisé. © AFP - Frederick Florin

Le TGV médicalisé a quitté Strasbourg, ce jeudi vers 11 heures, pour l’ouest de la France. Il était arrivé la veille dans la capitale alsacienne, vers 19h30, en provenance de la gare de l'Est où il a été équipé et chargé pour accueillir des malades du coronavirus. Un ballet d'ambulances a permis de transporter les patients dans le train, stationné en gare, avec l'appui de la Croix-Rouge.

Cette opération est une "première" pour la SNCF. Elle va permettre le transfert de 20 patients alsaciens actuellement hospitalisés en service de réanimation vers les CHU de Nantes, du Mans, de La-Roche-sur-Yon ou encore d’Angers. 

Il s’agit de soulager les hôpitaux de Mulhouse, Colmar et Strasbourg. La rame a été soigneusement préparée ce mercredi gare de l’Est, à Paris, dans les règles de l’art, par des personnels médicaux et des secouristes venus de l'ouest de la France, de la capitale et de la couronne parisienne. 

Les compartiments à bagages ont été remplis de bonbonnes d’oxygène. Les secouristes ont installé des brancards très stables sur les appuis-tête des fauteuils.

Les patients, répartis dans cinq voitures, voyageront dans de très bonnes conditions, assure le Dr Lionel Lamhaut, du Samu de Paris, qui coordonne cette mission. Dans un train, expliquait-t-il mercredi aux équipes de soignants, "on peut mettre plus de patients. Autre avantage, dans le train, les patients ne bougent pas. Il n'y a pas de décélération. Pour travailler, on est quand même beaucoup mieux qu'en hélicoptère!"

Quatre patients par voiture

Chaque voiture de la rame accueille quatre patients et une équipe médicale composée d’un médecin et d’un infirmier anesthésistes, de trois infirmiers et d’un interne. Les malades occuperont cinq wagons de deux niveaux. Ils seront installés en salle basse. La salle du haut sera dédiée à la circulation du matériel et des soignants.

Une cinquantaine de personnes, médecins, infirmiers, secouristes et logisticiens, sont présents à bord. Au terme d'un voyage de quelque 800 kilomètres, six patients seront hospitalisés, ce jeudi soir, à Angers, 6 à Nantes, 4 au Mans et 4 autres à La Roche-sur-Yon. 

Les agents de la SNCF apportent leur savoir-faire aux secouristes - Aucun(e)
Les agents de la SNCF apportent leur savoir-faire aux secouristes - /SNCF

C’est une mission complètement nouvelle pour la SNCF, habituée cependant déjà à des transports de malades vers le pèlerinage de Lourdes.

Ce transfert en train complètera les opérations de transfert de malades déjà menées par l’armée, baptisées « Morphée » et « Tonnerre »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu