Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : une entreprise de Marans a posé gratuitement des milliers de plaques de plexiglas en France

Dès le début du confinement, un chef d'entreprise de Marans s'est posé la question de savoir comment il pouvait aider les pharmacies pour protéger leurs employés du Coronavirus. 80 plaques en plexiglas ont été posées la première semaine. Plus de 4.500 aujourd'hui dans toute la France.

Plaque de plexiglas, sorte de barrière au Coronavirus dans les commerces
Plaque de plexiglas, sorte de barrière au Coronavirus dans les commerces - Pascal Vancassel du tabac presse "Le solinois" à Sainte Soulle

Jean Pierre Demeyère est le directeur de la société JCD Agencement à Marans à quelques kilomètres de La Rochelle, en Charente-Maritime. Sa société est tournée habituellement vers l'agencement intérieur de commerces, elle emploie une trentaine de personnes.

Comment aider gratuitement les pharmacies à mieux protéger leurs salariés contre le coronavirus ?

A la mi-mars, dès les premiers jours du confinement, il s'est posé la question de savoir comment il pouvait aider gratuitement les pharmacies à mieux protéger leurs salariés contre l'exposition au Coronavirus. Assez vite l'idée vient de créer une "barrière" en plexiglas, "un paravirus". Un produit simple à travailler, léger et à la base peu coûteux, une vingtaine d'euros. 

"On met en place un prototype, on voit que cela tient, et que la structure peut se monter vite. Banco, avec mon équipe, et selon nos stocks disponibles, on découpe 80 plaques pour les placer gratuitement dans des pharmacies ou des boulangeries proches de Marans, La Charente-Maritime, la Vendée à deux pas et les Deux-Sèvres", explique Jean Pierre Demeyère.

La demande de plaques en plexi explose

Mais très vite, la demande explose. Cela passe à 1.500 pièces posées, dans des supérettes, et même des bureaux de tabac. A Sainte-Soulle, entre Marans et La Rochelle, Pascal Vancassel, le propriétaire du "Solinois", un bar-tabac-presse, a été contacté par cette entreprise. Il est agréablement surpris de voir qu'elle se proposait de poser ce plexiglas gratuitement. 

"C'est très efficace, cela protège bien avec une dimension très importante. Je cherchais à faire moi-même quelque chose, mais ils m'ont devancé. C'est gratuit, mais j'ai tenu évidemment à envoyer un chèque à l'entreprise et ses employés en remerciement",  raconte Pascal Vancassel.

Plaque en plexiglas posée au "Solinois" à Sainte Soulle
Plaque en plexiglas posée au "Solinois" à Sainte Soulle - Pascal le propriétaire

L'histoire ne s'arrête pas là. Devant une forte demande nationale, avec même des appels  depuis le département du Nord, le dirigeant de l'entreprise Marandaise a placé ses plans gratuitement sur son site internet, encourageant d'autres sociétés a lui emboîter le pas. 4.500 proviennent de Marans aujourd'hui. 

Je participe à l'effort de guerre. - Jean Pierre Demeyère

C'est toujours gratuit, mais il a fallu créer une cagnotte Leetchi pour avoir de nouveaux fonds pour acheter les matériaux nécessaires. Plus de 9.000 euros ont été récoltés aujourd'hui : " Ce n'est pas assez pour rembourser tout ce qu'il a fallu débourser, mais je participe à l'effort de guerre, et croyez-moi, mes gars sont contents de participer à rendre heureux de nombreuses personnes." 

Le verre trempé sera la prochaine barrière au virus

Le plexiglas devient rare et cher. Produites à l'étranger, les commandes sont aujourd'hui  bloquées. Cela n'empêche pas notre chef d'entreprise d'avoir imaginé d'autres solutions. 

"Le verre trempé sera la prochaine barrière au virus. La production et la mise en place débute cette semaine. C'est un peu plus cher, cent euros tout posé au lieu de 40 ou 20 au départ, mais cela reste viable pour continuer à protéger nos commerçants", souligne Jean Pierre Demeyère.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess