Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : Une équipe mobile de dépistage au centre hospitalier de Bourges

-
Par , France Bleu Berry

Pour enrayer une deuxième vague tant redoutée de Covid, liée au déconfinement, les autorités misent sur un dépistage organisé et ciblé des personnes ayant pu être en contact avec un malade. Pour cela, il faut effectuer des prélèvement, confiés à des laboratoires privés et aux hôpitaux.

Fréderic Dichamp, cadre infirmier au centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges
Fréderic Dichamp, cadre infirmier au centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Le centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges a par exemple créé dès le mois de mars une équipe mobile de dépistage.   Elle dispose d'un barnum installé devant les urgences du centre hospitalier, mais aussi de matériel pour se rendre dans les Ehpad ou les centres médico-sociaux. 

Le barnum de l'équipe mobile de dépistage du centre hospitalier de Bourges, installé devant les urgences de l'hôpital.
Le barnum de l'équipe mobile de dépistage du centre hospitalier de Bourges, installé devant les urgences de l'hôpital. © Radio France - Michel Benoit

Deux tentes et un mobilier réduit

C'est assez spartiate, le mobilier se résume au minimum : "Nous sommes dans l'une des deux tentes qui composent ce barnum. La première est réservée à l'intendance en quelque sorte, résume Frédéric Dichamp, cadre de santé. Le patient n'y a pas accès. Il reste dans la seconde tente qu'on appelle tente-consultant. On a disposé une simple chaise et une tablette pour poser le matériel nécessaire pour réaliser le test." 

Les fameux écouvillons nécessaires pour les prélèvements naso-pharyngés.
Les fameux écouvillons nécessaires pour les prélèvements naso-pharyngés. © Radio France - Michel Benoit

Un prélèvement en quelques secondes 

Notamment ce fameux écouvillon d'une quinzaine de centimètres pour le prélèvement naso-pharyngé : "Vous rentrez dans la narine, et vous enfoncez l'écouvillon sur cinq à six centimètres, jusque derrière le palais. Ce n'est pas très agréable. Ça dure dix à quinze secondes. J'entends beaucoup de monde vouloir se faire dépister, mais quand vous y passez une première fois, vous dites si je peux éviter une deuxième, ce serait pas mal." 

Un kit de dépistage complet
Un kit de dépistage complet © Radio France - Michel Benoit

Des résultats en 48 à 72 heures

Un dépistage uniquement sur prescription médicale si vous présentez des symptômes (sauf si vous travaillez ou résidez dans un lieu à risque). Ce qui pose encore problème aujourd'hui, ce sont les délais encore trop longs pour obtenir les résultats de ces examens : "Il faut compter entre 48 et 72 heures et on voudrait raccourcir au maximum ce délai pour diminuer le stress des personnes prélevées." La priorité en Berry est de se doter de moyens d'analyses de ces tests que ce soit en laboratoire privé comme à l'hôpital de Bourges : l'objectif, est de pouvoir traiter environ 300 tests par jour dans le Cher, grâce également au laboratoire départemental vétérinaire.

L'équipe mobile de dépistage du centre hospitalier de Bourges est composée au quotidien de deux à trois infirmiers pour effectuer les prélèvements.
L'équipe mobile de dépistage du centre hospitalier de Bourges est composée au quotidien de deux à trois infirmiers pour effectuer les prélèvements. © Radio France - Michel Benoit

Les médecins généralistes au cœur du dispositif

Le délai de réponse pourrait alors être ramené à 24 heures.  Toutes les personnes en contact avec un cas Covid ne sont pas forcément dépistées. Chaque cas est unique explique Frédéric Dichamp : "Il y a une hiérarchisation dans le contact. Si vous avez simplement déposé des courses chez un malade, sans contact particulier, on considère que ce dépistage ne sera pas forcément nécessaire. En revanche, si vous intervenez à domicile auprès d'une personne dépendante, le risque sera plus élevé. De même, on ne testera pas systématiquement les enfants. C'est le médecin généraliste qui cible les personnes les plus proches à diagnostiquer. Ensuite, ce sont les brigades de dépistage (actuellement en création en lien avec les caisses primaires d'assurance maladie) qui identifieront les personnes à risques qu'il faudra prélever." 

La tente  "consultant " comporte un mobilier réduit au strict minimum nécessaire pour le prélèvement.
La tente "consultant " comporte un mobilier réduit au strict minimum nécessaire pour le prélèvement. © Radio France - Michel Benoit

Il faut environ 24 heures pour obtenir un rendez-vous pour un dépistage Covid-19 : "Le bon sens en cas de symptômes et dans l'attente de ce rendez-vous et des résultats des tests, c'est évidemment de s'isoler le plus possible pour limiter la contagion." recommande Frédéric Dichamp.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess