Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus: une famille de l'Allier bloquée sur un bateau de croisière en Egypte

Saint-Victor, France

Un couple et ses trois enfants sont bloqués depuis vendredi dernier sur le A-Sara. Ce bateau de croisière sur le Nil est amarré à Louxor et les passagers sont confinés à bord. Cette famille de Saint-Victor ne sait pas quand elle pourra rentrer chez elle.

Le famille Pichereau en vacances en Egypte
Le famille Pichereau en vacances en Egypte - Famille Pichereau

Les trois enfants de 8, 15 et 16 ans auraient du reprendre les cours ce lundi matin. La croisière d'une dizaine de jours devait s'achever samedi, mais la veille, le "A-Sara" a été déplacé et mis sous haute surveillance policière. Les passagers ont vu monter à bord des médecins pour faire des tests, sanguins, salivaires et nasaux, avec la promesse d'avoir les résultats en 48 heures. 

Samedi, nouveau rebondissement, des ambulances se sont approchés du quai et une quarantaine de passagers ont été débarqués pour être hospitalisés. Parmi eux, huit français sur les 28 qui effectuaient la croisière. Selon les autorités egyptiennes, 33 passagers et 12 membres d'équipage auraient contracté le Covid-19. Onze d'entre eux ont depuis été testés négatifs mais restent en quarantaine.  

La croisière ne s'amuse pas

Plusieurs passagers bloqués ont lancé des appels sur les réseaux sociaux. Ils sont consignés sur le bateau, il leur est demandé de rester dans leur cabine mais ils ont tout de même le droit de s'aérer sur le pont du navire. Le plus compliqué est de vivre dans le flou le plus complet. Ils ne savent pas combien de temps va durer cette situation, si de nouvelles analyses seront faites et s'il faut craindre la découverte de nouveaux cas chez les passagers encore à bord. 

La crainte est que le bateau soit infecté: Emmanuel Pichereau

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu