Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : des infirmières bayonnaises invitées à déménager par des voisins

Ce dimanche matin, au moins deux infirmières habitant dans un même quartier à Bayonne ont eu la mauvaise surprise de voir accrochée sur la boite aux lettres, la voiture ou la porte de leur domicile, une lettre les invitant à déménager.

Ce dimanche matin, une infirmière de Bayonne a reçu une lettre de ses voisins l'invitant à déménager
Ce dimanche matin, une infirmière de Bayonne a reçu une lettre de ses voisins l'invitant à déménager - Elodie Capdevielle

Quelle ne fut pas sa surprise en arrivant chez elle ce dimanche matin après une troisième nuit consécutive de travail à Saint-Jean de Luz. "Je croyais que c'était un mot de soutien", explique Elodie Capdevielle-Fidel. Sur sa boite aux lettres, il y avait un petit mot en effet accroché avec du scotch, mais bien loin de la soutenir. Il s'agit en fait d'une lettre de voisins l'invitant à déménager parce qu'elle est infirmière. 

"L'exclusion de cette personne doit se faire"

Il est d'abord indiqué que "cette époque du Coronavirus menaçant les vies de chacun, il est demandé à cette personne de garer sa voiture loin des autres et si possible de ne plus toucher les parties communes sans gants, et sans s'être désinfecté les mains."

Une remarque qui prête d'ailleurs à sourire l'infirmière, "ma seule partie commune, c'est le local à poubelles !"

Mais le reste de la lettre est beaucoup plus direct. "Idéalement il est vivement demandé à cette personne de déménager aussi vite et loin que possible afin de en pas mettre nos vies en danger". Avant de s'achever sur cette phrase, "nous avons peur pour nos vies et l’exclusion de cette personne doit se faire".

J'avais les larmes aux yeux voyant ça, affirme la jeune infirmière

"Non je m'attendais pas du tout à ça, je suis plutôt discrète, j'embête personne, je fais attention au confinement quand je ne travaille pas et on me pointe du doigt comme une pestiférée" déplore Elodie Capdevielle-Fidel, la jeune infirmière qui va prévenir son syndic de copropriété au sujet de cette lettre.

Une autre infirmière, travaillant au centre hospitalier de la côte basque à Bayonne et habitant dans une résidence voisine de celle de sa consoeur, dans le quartier Arroussets, a également eu la mauvaise surprise de trouver exactement le même mot désagréable sur la porte de son logement et collé à la glue sur la vitre de sa maison.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu