Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : une "progression fulgurante" au centre hospitalier d'Arras

-
Par , France Bleu Nord

Le centre hospitalier d'Arras se réorganise pour faire face à de nouveaux cas de Covid-19 chez les patients mais aussi parmi son personnel.

A Arras, le centre hospitalier fait face à l'épidémie
A Arras, le centre hospitalier fait face à l'épidémie © Radio France - Claire Mesureur

Hélène Deruddre, directrice par interim du Groupement hospitalier de l'artois et du ternois ne cache pas que la situation est tendue au sein du centre hospitalier d'Arras. "En une semaine, on a autant de personnels de santé testés positifs que sur l'ensemble du mois de décembre." Aujourd'hui, 70 soignants sont positifs au coronavirus avec au moins quatre cas probables de variants. Les tests ont été envoyés au CHU de Lille pour leur séquençage.

Pour la directrice par interim, il n'y a pas eu de dérive dans le respect du protocole sanitaire au sein de l'hôpital d'Arras. "Les contaminations peuvent aussi s'effectuer dans la sphère privée" précise-t-elle.  Elle constate "une progression fulgurante", un phénomène nouveau qui n'existait pas lors des précédentes vagues. 

Une réorganisation nécessaire 

Face à un absentéisme croissant, l'hôpital s'adapte. A partir du lundi 2 février, les patients seront regroupés au sein d'une même unité Covid qui va comporter 33 lits et face à la saturation du service de réanimation, trois lits supplémentaires seront également ouverts. 

Des opérations reportées

Une déprogrammation des opérations chirurgicales non urgentes est également entamée au centre hospitalier d'Arras. "A partir de lundi, _nous allons fonctionner sur 6 blocs opératoires au lieu de 10_. Il y aura aussi des déprogrammations de consultations, ce qui nous permettra de retrouver des ressources nécessaires pour faire fonctionner l'unité covid".

Pour Hélène Deruddre, il faut rapidement revenir à un confinement. "Cela nous permettra de stabiliser la situation et de pouvoir prendre au mieux les patients."

Hélène Deruddre, directrice par interim du GHT Artois Ternois

Choix de la station

À venir dansDanssecondess