Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus: 40 étudiants de Montpellier bloqués à l'étranger, 1000 étudiants étrangers bloqués à Montpellier

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Hérault

Il y avait près de 1000 étudiants de l'université de Montpellier en mobilité à l'étranger au début de la crise. Une grande majorité a réussi à rentrer en France. Mais une quarantaine d'entre eux sont toujours aux quatre coins du globe. Ils sont beaucoup plus nombreux à être bloqués à Montpellier.

La cité universitaire Vert-Bois habite toujours 250 étudiants étrangers confinés
La cité universitaire Vert-Bois habite toujours 250 étudiants étrangers confinés - Crous de Montpellier

L'université de Montpellier tourne elle aussi au ralenti depuis le mardi 17 mars, date de mise en application du confinement par les autorités françaises. Selon son président, Philippe Augé, la continuité de la pédagogie est assurée à distance, et malgré quelques problèmes de réseaux, les étudiants de la fac continuent de suivre sans difficultés majeures les enseignements numériques.

Ce qui pose encore problème en revanche, c'est la situation de plusieurs étudiants montpelliérains, actuellement à l'étranger, et qui cherchent à rentrer en France au plus vite.

"Au début de la crise, il y avait 900 étudiants de l'université de Montpellier en mobilité dans plusieurs pays, explique Philippe Augé, son président. À ce jour, 750 sont rentrés, une centaine a souhaité rester dans le pays ou ils se trouvent, soit parce qu'ils ont la maturité nécessaire pour gérer la situation, soit parce que le système de santé du pays ou ils se trouvent leur convient."

"Il en reste une quarantaine, qui ne sont en revanche toujours pas rentrés : 25 d'entre eux sont inscrits sur des vols et seront donc de retour dans quelques heures ou quelques jours. Mais pour les 15 qui restent, il n'y a pas encore de solution concrète. Nous travaillons avec le ministère des Affaires européennes et le Quai d'Orsay pour régler au plus vite cette situation", conclut Philippe Augé.

Philippe Augé, Président de l'université dé Montpellier

Et les étudiants étrangers de Montpellier ?

Pour ce qui concerne les étudiants étrangers présents, eux, à Montpellier (16% de la population étudiante montpelliéraine), les choses sont aussi un peu compliquées.

Une petite partie d'entre eux seulement (environ 50 des 300 étudiants logés par exemple à la cité Vert-Bois) sont parvenus ces derniers jours à regagner leurs pays respectifs. Mais 250 sont toujours actuellement en confinement, "soit parce qu'ils n'ont pas pu trouver de vol pour regagner leur pays, soit par manque de moyens financiers" explique Fouad Boukalkoul, le directeur de la cité universitaire Vert-Bois.

Sur l'ensemble des 6 cités universitaires de la ville, ce sont près d'un millier d'étudiants qui restent confinés.

Les extérieurs et parcs dont la cité Vert-Bois dispose leur permettent heureusement de prendre un peu l'air tous les jours, à condition évidemment de respecter les consignes sanitaires.

"Avec mon adjointe, nous y veillons scrupuleusement" ajoute son directeur qui précise par ailleurs que des kits de nettoyage ont également été distribués aux étudiants pour qu'ils puissent tout de même participer au nettoyage des cuisines, encadrés par le personnel.

Fouad Boukalkoul, directeur de la cité universitaire Vert-Bois à Montpellier

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu