Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : une semaine après le début du confinement, où en est la Vendée ?

-
Par , France Bleu Loire Océan

La préfecture a fait un point ce mercredi sur la situation dans les hôpitaux, les cabinets médicaux, les masques chirurgicaux et l'arrivée des malades du Grand Est à La Roche-sur-Yon.

Masque chirurgical de protection et flacon de gel hydroalcoolique pour lutter contre la propagation du coronavirus (Covid-19), 17 mars 2020.
Masque chirurgical de protection et flacon de gel hydroalcoolique pour lutter contre la propagation du coronavirus (Covid-19), 17 mars 2020. © Radio France - Florence Gotschaux

Une semaine après le début du confinement, la Vendée arrive-t-elle à faire face à l'épidémie ? Les Vendéens respectent-ils les règles lors de leurs déplacements ? Y a-t-il assez de masques ? De lits dans les hôpitaux ? Le préfet de la Vendée Benoît Brocart, aux côtés de la direction du CHD de La Roche-sur-Yon et de l'Agence régionale de santé, a fait le point ce mercredi. 

Sommes-nous particulièrement touchés ?

Même si les Pays de la Loire est l'une des régions les moins touchées, le coronavirus est bien présent en Vendée et continue de circuler. Précisément, au centre hospitalier départemental de La Roche-sur-Yon, il y a soixante personnes hospitalisées ce mercredi dont dix en réanimation (sept cas confirmés, trois cas suspects). Une dizaine de patients se présentent chaque jour au CHD.

23 autres patients sont soignés en ce moment au sein des hôpitaux des Sables-d'Olonne, de Challans, de Fontenay et de l'Ile d'Yeu. Concernant les cabinets médicaux, quatorze centres dédiés au Covid-19 viennent d'être déployés sur le territoire vendéen, installés dans les locaux des collectivités locales, dans les maisons médicales de garde...

Comment seront accueillis les malades du Grand Est ce jeudi ?

Un train sanitaire va arriver dans la région jeudi soir avec une vingtaine de malades du Grand Est. Il s'arrêtera d'abord à Angers pour y laisser des patients. Quatre seront ensuite acheminés par le Samu  de la gare de Nantes au CHD yonnais.

D'après le Samu 85, la logistique et le personnel (comme les anesthésistes, les infirmiers etc), sont prêts pour le convoi. L'opération de transport inédite a déjà été testée par le Samu de Paris.

Y a-t-il assez de lits et de masques ?

Le CHD a progressivement augmenté sa capacité d'accueil. La première phase a consisté à passer de 18 lits de réanimation à trente. Comme l'activité baisse au bloc opératoire, les locaux sont adaptés pour les y installer. L'objectif est d'atteindre le nombre de 49 lits.

Il n'y a pas de pénurie de masques chirurgicaux, mais une régulation pour éviter la pénurie. Ils sont donc réservés aux services les plus sensibles. Il y en a en tout 60.000, d'après le directeur du CHD.

Quid du confinement ?

Comme ailleurs, les Vendéens doivent rester confinés chez eux. Ecoles, lycées, restaurants, bars... restent fermés. Malgré tout, 650 élèves, les enfants du personnel hospitalier, continuent d'être accueillis par 330 enseignants dans 114 écoles du département.

Les marchés ouverts et couverts sont interdits, a indiqué le préfet, qui a reçu une dizaine de demandes de dérogation, comme celle du maire de Saint-Jean-de-Monts. Il étudie les cas un par un pour savoir s'ils sont indispensables aux habitants. Depuis le début du confinement, les entreprises vendéennes ont déposé en tout 1.200 demandes d'activité partielle pour leurs salariés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu