Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans "des suites du Covid"
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : une soixantaine de soignants du CHU de Nancy contaminés

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Alors que le pic de l'épidémie du covid-19 est attendu pour ce week-end dans la région Grand Est, le CHRU de Nancy compte une soixantaine de soignants, dont 37 médecins, contaminés.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Radio France - Thierry colin

Le personnel hospitalier n'est pas épargné par l'épidémie de coronavirus. Aux avant-postes dans la lutte contre le covid-19, une soixantaine de soignants du CHU de Nancy sont actuellement contaminés. Parmi ces personnes déclarées positives, on compte 37 médecins, ainsi que des internes du CHU et d'autres établissements. Une situation "gérable" pour l'instant, selon Stéphane Maire de la CFDT au CHU de Nancy. 

Des chiffres "à surveiller"

"Forcément, il y a des cas, c'était inévitable même si c'est évidemment toujours soixante malades de trop, évidemment, réagit le secrétaire du CHSCT. Mais par rapport à l'Alsace où il y a 15 soignants malades par jour, à Nancy on est plutôt sur une base de trois. On espère que pour tous nos hospitaliers, ça sera bénin, comme pour 85% de la population atteinte."  D'après Stéphane Maire, les stocks de masques et de gel hydroalcoolique sont suffisants pour le personnel hospitalier nancéien.

Mais le nombre de personnels malades risque d'augmenter puisque le pic de l'épidémie est attendu entre le samedi 28 et le lundi 30 mars dans le Grand Est. "Ce sont des chiffres à surveiller. Si dans une semaine ou dans dix jours on passe à 150 soignants contaminés, cela deviendra relativement alarmant. J'ai envie de vous dire que 50 malades, alors qu'on arrive au pic de l'épidémie, ce sont des chiffres auxquels on pouvait s'attendre", poursuit Stéphane Maire.

Le Ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que le coronavirus sera reconnu comme maladie professionnelle pour l'ensemble des soignants contaminés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess