Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : vers une pénurie de médicaments en réanimation ?

-
Par , France Bleu

Edouard Philippe a reconnu des "tensions très fortes" sur certains médicaments nécessaires aux services de réanimation et de soins intensifs. Cela s'explique par une demande "inouïe" dans le monde confronté à la pandémie de coronavirus.

Edouard Philippe a reconnu jeudi des "tensions très fortes" sur certains médicaments.
Edouard Philippe a reconnu jeudi des "tensions très fortes" sur certains médicaments. © AFP - FREDERIC DIDES / HANS LUCAS

Va-t-on vers une pénurie de médicaments indispensables pour la réanimation ? Pour la première fois, Edouard Philippe reconnaît des « tensions réelles », confirmant les craintes des hôpitaux. 

Des tensions très fortes sur les sédatifs

La consommation des produits nécessaires à la réanimation explose reconnait le Premier ministre. Dans les hôpitaux, on manque d’antibiotiques et surtout de sédatifs : de la morphine, et du curare notamment, nécessaires pour les intubations.

Le Premier ministre donne le détail des médicaments en tension : le cistracurium et deux hypnotiques, le midazolam et le propofol, pour lesquels les stocks des hôpitaux ne sont que de "quelques jours" et ceux des industriels "ne donnent pas la visibilité que nous souhaitons". 

Une hausse de la demande mondiale d'environ 2.000 %

"Partout dans le monde et au même moment, la consommation des produits nécessaires à la réanimation, que ce soit les médicaments ou les consommables liés à la réanimation, (comme) les embouts des respirateurs, explose dans des proportions jamais imaginées", a déclaré le Premier ministre sur TF1, chiffrant la hausse de cette demande mondiale à près de 2.000%.

_"_Il y a donc, c'est vrai, partout dans le monde, des tensions très fortes sur l'approvisionnement dans un certain nombre de molécules et de médicaments", a-t-il ajouté.

Le gouvernement se bat "heure après heure"

Alors comment pallier ce manque ? Edouard Philippe assure que le gouvernement se bat "heure après heure pour faire en sorte de répondre à l'augmentation inouïe et jamais constatée de cette consommation".
Edouard Philippe indique avoir "appelé personnellement un certain nombre d'industriels" pour faire un état des lieux. Enfin, le Premier ministre se veut rassurant : "Il y a là un sujet d'importance, mais nous avons des ressources, nous avons la volonté".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu