Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : Vladimir Poutine affirme que la Russie a trouvé un vaccin, l'OMS se veut prudente

-
Par , France Bleu

Vladimir Poutine a annoncé ce mardi que la Russie avait développé le "premier" vaccin contre le Covid-19. Le président russe a assuré qu'il donnait une "immunité durable". L'Organisation mondiale de la Santé réagit prudemment.

Vladimir Poutine a annoncé que la Russie avait un vaccin contre la coronavirus.
Vladimir Poutine a annoncé que la Russie avait un vaccin contre la coronavirus. © AFP - MIKHAIL KLIMENTYEV / SPUTNIK / SPUTNIK VIA AFP

La Russie a assuré ce mardi avoir développé le "premier" vaccin contre le coronavirus. "Ce matin, pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré", a déclaré le président russe, Vladimir Poutine, ajoutant : "Je sais qu'il est assez efficace, qu'il donne une immunité durable". Plus d'un milliard de doses ont été pré-commandées par 20 pays étrangers, selon le patron d'un fonds souverain, impliqué dans le développement du vaccin.

La phase 3 des essais cliniques, qui permet de vérifier l’efficacité et la tolérance à une grande échelle du vaccin, devrait débuter mercredi selon les autorités russes. La production industrielle devrait elle débuter en septembre. De son côté, l'Organisation mondiale de la Santé se veut prudente suite à cette annonce.

Une des filles de Vladimir Poutine vaccinée

Ce vaccin devra être injecté à deux reprise. En effet, selon les autorités russes, la double inoculation "permettait de former une immunité longue", estimant qu'elle pouvait durer "deux ans". Ce vaccin est à vecteur viral, c'est-à-dire qu'il utilise comme support un autre virus qui a été transformé et adapté pour combattre le Covid-19. Le ministre de la Santé Mikhaïl Mourachko a indiqué que "des essais cliniques sur plusieurs milliers de personnes allaient continuer".

Vladimir Poutine a affirmé qu'une de ses filles s'était fait inoculer le vaccin développé par le Centre de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa. "Elle a participé à l'expérience", a expliqué le chef de l'Etat, affirmant qu'elle avait eu un peu de température après les deux inoculations, "et c'est tout". 

Un vaccin en circulation le 1er janvier 2021 ?

Selon la vice-Premier ministre en charge des questions de Santé, la vaccination des personnels médicaux pourrait débuter dans les semaines à venir : "Nous espérons vraiment que septembre, ou même fin août-début septembre, le vaccin soit produit et la première catégorie à être vaccinée sera le personnel médical". Suivront ensuite les enseignants.

Baptisé "Spoutnik V", en référence au satellite soviétique, premier enfin spatial mis en orbite, le vaccin pourrait être mis en circulation le 1er janvier 2021 dans la population. Dans une vidéo de présentation, on voit le vaccin-satellite Spoutnik libérer la planète Terre du coronavirus. 

L'OMS rappelle la nécessité de procédures "rigoureuses"

Face à cette annonce, l'Organisation mondiale de la Santé se veut prudente en rappelant que l'homologation d'un vaccin passait par des procédures "rigoureuses". "La pré-qualification comprend l'examen et l'évaluation de toutes les données de sécurité et d'efficacité requises recueillies lors d'essais cliniques", a rappelé Tarik Jasarevic, le porte-parole de l'OMS.

Pour l'heure, "il est vital d'appliquer des mesures de santé publiques qui fonctionnent. Nous devons continuer à investir dans le développement de vaccins et de traitements qui nous aideront à réduire la transmission à l'avenir", a souligné le porte-parole de l'OMS. 

Ces derniers semaines, plusieurs scientifiques étrangers se disaient préoccupés par la rapidité de la mise au point d'un tel vaccin. Jusqu'ici, la Russie n'a pas publié d'étude détaillée des résultats de ses essais permettant d'établir l'efficacité des produits. Le patron du fonds souverain a lui dénoncé "des attaquées médiatiques coordonnées" contre le vaccin russe, qui auraient "tenté de discréditer et de dissimuler la justesse de l'approche russe". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess