Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : 152 cas en Corse, l’hôpital d’Ajaccio ouvre une troisième zone Covid-19

-
Par , , France Bleu RCFM, France Bleu

Sept nouveaux cas de coronavirus ont été recensés à ce jour, tous en Corse-du-Sud, portant le total des malades à 152. A Ajaccio, ville la plus touchée avec 128 patients, l’hôpital s’organise et augmente sa capacité d’accueil. Des soignants ont été contaminés.

La Corse compte désormais 152 cas de Covid-19
La Corse compte désormais 152 cas de Covid-19 © Maxppp - maxppp

7 décès et 152 cas positifs, le bilan de l’épidémie de Covid-19 en Corse ne cesse d’évoluer un peu plus chaque jour. Dans l’île c’est donc le cluster d’Ajaccio qui est le plus concerné et l’hôpital ne cesse de devoir s’adapter devant l’arrivée des malades. 

Trois zones Covid-19 à l'hôpital d'Ajaccio

Depuis hier une troisième zone Covid-19 a été ouverte à la Miséricorde. Au total, cela porte la capacité de prise en charge à 58 lits. 

32 personnes sont actuellement prises en charge dans ces 3 zones dédiées au coronavirus, des zones bien distinctes, selon qu’il s’agisse de cas suspects ou confirmés.

Concernant la zone de réanimation, sur les 15 lits déployés, 11 sont occupés. En fonction de l'évolution de la situation, la capacité de prise en charge en réanimation pourra bien évidemment augmenter. 

Par ailleurs, la direction attend 6 respirateurs supplémentaires, elle en possède pour le moment 26.

Un dispositif en constante évolution

« La situation est sous contrôle », explique Pascal Derudas, directeur adjoint de l’hôpital d’Ajaccio, chargé des plans et des crises sanitaires. Le dispositif ne va pas cesser d’augmenter, tant au niveau du nombre de lits que du personnel et du matériel. 

« On fait évoluer notre dispositif en fonction de l’organisation que nous avons mis en place depuis un moment déjà. Nous avons isolé des secteurs, au-delà de Covid 3, qui nous serviront de Covid 4 ou de Covid 5 s’il le faut. Et de la même manière sur l’aspect réanimation, nous avons des secteurs qui seront aménagés à l’avenir pour accueillir des patients en réanimation ».

Renfort des effectifs

L’hôpital qui prépare aussi ses soignants, et souhaite augmenter leur nombre, notamment pour la réanimation.

« Nous avons déjà commencé à rapatrier des infirmiers, infirmières, qui ont une expérience en réanimation, qui exercent dans d’autres secteurs à l’hôpital, pour leur repasser une couche de formation pour qu’ils et elles puissent être disponibles au fur et à mesure que le volume de lits en réanimation augmentera. » 

Une chaîne de transmission à la Miséricorde 

C’est aussi l’une des inquiétudes majeures, le virus circule-t-il au sein de l’hôpital d’Ajaccio? « Le risque est assez inévitable », explique Marie-Helène Lecenne, directrice générale de l’ARS de Corse. « On a des patients qui vont venir consulter, ou qui ont été hospitalisés pour une toute autre raison et qui se déclarent à postériori et donc forcément cela entraîne une chaîne de transmission au sein des établissements ». Les établissements prennent donc des précautions maximum pour éviter ce risque. « Mais lorsqu’on est concerné par un nombre de cas graves déjà importants, comme à Ajaccio ou même à Bastia, on est forcément confrontés à ce risque, les professionnels sont exposés à ce risque », ajoute la directrice de l’ARS.

Des soignants contaminés

Et à l’hôpital d’Ajaccio des soignants ont été contaminés. « Oui il y a une chaîne de transmission qui a été identifiée », confirme Marie-Hélène Lecenne. «_On a travaillé avec le CHA et ses différents acteurs pour maitriser la chaîne de transmission_, c’est-à-dire identifier les sujets contact, comme on fait par ailleurs, mais là en lien avec la médecine du travail et les services d’hygiène du centre hospitalier. Donc on est dans une identification de la chaîne et une recherche de maitrise de cette chaine ».

Choix de la station

À venir dansDanssecondess