Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Côte-d'Or : les dons de sang se maintiennent malgré l'été et le Covid-19

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les donneurs de sang côte-d'oriens restent généreux. La preuve : plus de 60 donneurs étaient présents ce mardi soir lors de la toute première collecte organisée dans la commune. Mais qu'est-ce qui a changé dans le parcours du donneur depuis le covid ? on a posé la question à une infirmière de l'EFS.

Le parcours du donneur dure environ une heure
Le parcours du donneur dure environ une heure © Radio France - Arnaud Racapé

Pour Denis Favrat, c'est une satisfaction : l'amicale de don du sang de Chevigny-Saint-Sauveur dont il est le président vient de réussir son coup, en attirant plusieurs dizaines de personnes en plein été, lors de cette collecte inédite, dans la salle polyvalente de Neuilly-Crimolois. D'ailleurs, la date pour 2021 est déjà réservée : ce sera le 3 août

Des donneurs présents, malgré des petits changements dans le parcours du don, covid oblige. Karima est infirmière à l'Etablissement Français du Sang (EFS), elle explique : "sur les collectes et la maison du don à Dijon, avant il n'y avait pas besoin de prendre rendez-vous. Aujourd’hui, c'est le cas. Ça permet d'avoir moins d'affluence, et de maintenir les distanciation. En terme de lits, il y en a deux par infirmière / infirmier. Donc je peux m'occuper de _deux donneurs en même temps_, avant on était sur trois lits." 

Ce qui a changé aussi, c'est le port du masque : "il est _obligatoire_", poursuit Karima, "sur toute la durée du parcours. On autorise les personnes à le retirer sur le lit, quand il fait chaud, pour éviter les malaises." 

Un parcours particulier mis en place depuis le covid

Autre évolution : le parcours, presque fléché, pour le donneur. On entre par un endroit, on sort par un autre. Et ce n'est pas tout. "Il y a d'abord le pré-accueil, pour poser toutes les questions concernant le covid : savoir s'il y a eu des symptômes, ou des contacts avec des gens contaminés. Si ce n'est pas le cas, on demande à la personne de _se désinfecter les mains_, ce n'était pas le cas avant, et puis on leur donne un masque quand ils arrivent. 

Dans la salle, toute la disposition des chaises, tables et lits a été revue pour respecter les distances. L'EFS recommande aussi de venir munis d'un stylo, pour remplir le questionnaire du donneur, lui aussi obligatoire. Si ce n'est pas le cas, il peut vous être fourni, mais en nombre limité. Ils sont bien sûr désinfectés à après chaque utilisation.

Pas de véritable creux de la vague depuis le déconfinement

Ce succès de la collecte à Neuilly-Crimolois confirme les bons chiffres enregistrés depuis le déconfinement : entre le 11 mai et le 30 juin, l'EFS a réalisé 3319 dons, soit mieux que ses objectifs (119%). Même juillet, habituellement très délicat à cause des congés, vient de se terminer sur un résultat honorable : 1657 dons, soit 97% des objectifs. La baisse des dons enregistrée cet été en Côte-d'Or, si elle existe bien, est par ailleurs moins forte que pour la région Bourgogne-Franche-Comté prise dans son ensemble. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess