Santé – Sciences

Côte-d'Or : les pharmaciens montent au créneau

Par Christophe Tourné et Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne mercredi 25 janvier 2017 à 18:20

Les pharmacies menacées en milieu rural ?
Les pharmacies menacées en milieu rural ? © Radio France - Thomas Nougaillon

Les pharmaciens sont en colère en Côte-d'Or. Ils sont appelés à se rassembler ce jeudi matin devant l'Agence Régionale de Santé et la caisse primaire d'assurance maladie de Côte-d'Or. Ils estiment que la santé est en danger.

Grève des gardes, équipes réduites dans les officines, brassard et manifestation. Les pharmaciens passent à l'action en Côte-d'Or. Le point d'orgue, c'est ce jeudi avec un appel à manifester devant les locaux de l'ARS, l'Agence Régionale de Santé et ceux de la Caisse Primaire d'Assurance-maladie.

La fin des quotas de population ?

Selon l'Union des syndicats de pharmaciens d’officine de Côte-d’Or (USPO 21) dont le président, Pierre-Olivier Variot, est l'invité de France Bleu Bourgogne ce jeudi, le directeur général de l'ARS "pourrait autoriser l’installation d’officine dans tous les lieux de passage, sans tenir compte des quotas de population. » . Il y a donc un risque de voir petit à petit voir les pharmacies disparaître des zones rurales pour aller s'installer dans des centres commerciaux ou d'affaires et les endroits très passagers. L'arbitrage sera pris dans quelques jours, en février.

Des marges à nouveau rognées

Dans le collimateur des pharmaciens, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, tient aussi une bonne place à cause, notamment d'une « lettre de cadrage" entérinant de « futures baisses des prix des médicaments ». L'Union des syndicats de pharmaciens estime qu'elles vont encore rogner les marges des pharmaciens.

  - Visactu
© Visactu -

L'exemple de Sainte-Colombe-sur-Seine

En campagne, la saignée a déjà commencé. Exemple à Sainte-Colombe sur Seine près de Châtillon. Paul Gueneau, 62 ans, part en retraite début février. Il n'a pas trouvé de repreneur. Sa pharmacie sera bientôt rayée de la carte. Il en appelle aux communes pour sauver la profession en zones rurales.

"Nos pharmacies de campagne avec de petites chiffres d'affaire n'attirent plus du tout la jeunesse parce que les perspectives d'avenir sont plutôt sombres !" regrette Paul Gueneau. Il explique que "d'un point de vue capitalistique pur, la détention du capital d'une pharmacie par un pharmacien seul dans nos campagne, est difficile à envisager parce que la rentabilité sur l'investissement n'est pas du tout au rendez-vous. Or, si des communes ou des communautés de communes pouvaient créer des murs et mettre à l'intérieur des pharmaciens salariés, il serait probablement possible dans la mesure où là, il n'y a pas de capital, de fournir des médicaments aux gens dans les campagnes, mais évidemment, la base de tout reste les médecins. Si vous n'avez pas de médecin, vous n'allez pas faire une pharmacie qui va servir personne !

Paul Gueneau, pharmacien bientôt à la retraite

La pharmacie de Sainte-Colombe-sur-Seine va fermer - Radio France
La pharmacie de Sainte-Colombe-sur-Seine va fermer © Radio France - Thomas Nougaillon