Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Cotentin : une nouvelle IRM installée à Valognes pour réduire les délais d’attente

-
Par , France Bleu Cotentin

L’hôpital Simone Veil à Valognes a reçu ce mardi son premier appareil d’IRM. Cela doit permettre de désengorger celui de Cherbourg, saturé.

Un appareil d'IRM est arrivé à l'hôpital de Valognes
Un appareil d'IRM est arrivé à l'hôpital de Valognes © Radio France - Anthony Raimbault

Manche, France

L’appareil de plusieurs tonnes est arrivé par les airs ce mardi matin pour se poser dans un bâtiment tout neuf de l’hôpital Simone Veil à Valognes. Il accueillera ses premiers patients le 3 juin. 

Cette IRM était attendue depuis plusieurs années pour désengorger celui de l’hôpital de Cherbourg,  saturé avec 7.000 examens à l’année, explique Bénédicte Gastebois la directrice adjointe du centre hospitalier public du Cotentin.  

« On a un délai d’attente de trois mois et demi sur Cherbourg. Selon les recommandations, ce délai ne doit pas dépasser dix jours. L’objectif c’est de diminuer les délais et d’améliorer l’accès aux soins »

Le centre hospitalier du Cotentin a partagé les frais

L’appareil a coûté 800.000 euros. Une somme impossible à assumer seul pour le centre hospitalier, dans le rouge et à qui les banques refusent des prêts. Il s’est donc associé avec d’autres établissements dans un partenariat public-privé : la polyclinique du Cotentin et le centre de radiologie de Bayeux. 

Chacun a financé une partie de l’IRM et les trois propriétaires se partageront ensuite les recettes en fonction de leurs investissements respectifs (20% pour le centre hospitalier du Cotentin). 

Ce groupement permet aussi de mutualiser le personnel médical. Chaque acteur met à disposition des radiologues pour assurer au quotidien le fonctionnement du service. Au moins 4.500 IRM devraient être pratiquées chaque année à Valognes.