Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

Couches pour bébés : moins de substances chimiques présentes mais encore des améliorations attendues

-
Par , France Bleu
France

Les taux de substances chimiques dans certaines couches pour bébé ont largement diminué estime la Répression des fraudes dans un communiqué publié ce jeudi, après une mise en garde pour certains fabricants en janvier 2019. Des améliorations sont cependant attendues pour trois références.

Trois références de couches doivent encore améliorer leurs diagnostics selon la Répression des fraudes.
Trois références de couches doivent encore améliorer leurs diagnostics selon la Répression des fraudes. © Maxppp - Joël Le Gall

Les couches pour bébé contiennent moins de substances chimiques. C'est le constat que dresse la Répression des fraudes dans un communiqué publié ce jeudi, après une mise en garde en janvier 2019 pour des taux trop élevés. "Aucun dépassement de seuils sanitaires n'a été constaté", assure la DGCCRF qui affirme que "ces constats confirment la nette amélioration de la qualité des références présentes sur le marché".

Une mise en garde en 2019 pour des risques à long terme 

En janvier 2019, l'Anses, l'Agence nationale de la sécurité sanitaire, évoquait des "risques" à long terme pour la santé des bébés en raison de la présence de substances chimiques dans ces protections, ce qui avait conduit le gouvernement à exiger des améliorations aux fabricants. L'Anses a donc été entendue car "aucun allergène ou résidu de pesticides n'a été retrouvé", peut-on lire dans le communiqué et "des diminutions des contaminations en dioxines et furanes, PSB-DL (qui sont des composés chlorées) et HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) ont été relevées, permettant de ne plus constater de dépassement de seuils pour ces substances", continue la Répression des fraudes.

Des améliorations attendues pour trois marques de couches

En revanche, "des améliorations complémentaires sont toutefois attendues pour trois références pour lesquelles la teneur mesurée en formaldéhyde dépasse 10% du seuil sanitaire", estime la DGCCRF dans son communiqué. Les produits n'ont pas besoin d'être rappelés mais elle demande aux opérateurs concernés, Pampers Prenium Protection, Marmailles Plus et Moina Zaza, "d'approfondir sous six mois leurs diagnostics"

Dans le détail du communiqué, sur les 32 marques de couches disponibles sur le marché, seules six références garantissent un taux de présence du formaldéhyde inférieur à 10%, pour 23 d'entre elles, l'Anses ne peut exclure un dépassement de ce seuil sanitaire et cinq références sont complètement dans le vert.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess