Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Coup d'envoi d'une Odyssée de l'espace Poitevine

jeudi 16 novembre 2017 à 17:24 Par Jade Peychieras, France Bleu Poitou

Le plus grand télescope du monde, l'ELT (Extremely Large Telescope), sera doté d'un miroir gargantuesque de 39 mètres. Un miroir fabriqué à Poitiers, pour lequel Safran va commencer l'aménagement d'une usine spéciale.

Image de synthèse du futur atelier ELT Safran Poitiers.
Image de synthèse du futur atelier ELT Safran Poitiers. - Safran

Saint-Benoît, France

5 000 mètres carrés de béton brut : c'est ici, à Poitiers, que la future usine Safran va voir le jour dans un an, ici que le plus miroir du plus grand télescope du monde va être fabriqué. Le télescope de tous les superlatifs, l'EELT pour European Extremely Large Telescope, fera la taille d'un terrain de football. Il sera doté d'un miroir de 39 mètres de diamètre, 16 fois plus que les plus gros télescopes actuels. Il pourra détecter des astres émettant 16 fois moins de lumière et atteindre une résolution quatre fois supérieure. Un miroir tellement immense qu'il devra être assemblé morceau par morceau. "On va fabriquer 931 segments de miroir d'un mètre quatre-vingt de diamètre, explique Frédéric Boillet, en charge du projet. Chaque segment sera poli au 10ème de nanomètre près, soit un millionième de millimètre." Une tâche colossale, qui ne sera pas une mince affaire. "On produira un segment par jour, précise Frédéric Boillet. Aujourd'hui, avec des moyens conventionnels, il faudrait plusieurs mois pour en fabriquer un. Demain, nous en fabriquerons un par jour." Et pour ça il faudra de la main-d'œuvre. "_On est trois aujourd'hui_, dans trois ans nous serons cinquante", affirme-t-il.

Le télescope terminé fera la taille d'un terrain de football. - Radio France
Le télescope terminé fera la taille d'un terrain de football. © Radio France - ESO/L. Calçada

Découvrir de la vie sur des exoplanètes

Environ un tiers de cette équipe postulera en interne, et ça se bouscule déjà au portillon : des poitevins comme Alain et Frédéric, techniciens, que cette aventure fait rêver : "Ça n'est pas donné à tout le monde de pouvoir travailler sur des projets comme ça", sourit Alain. "La qualité des pièces est impressionnantes. Ça donne envie de regarder les étoiles", poursuit Nicolas. Le ciel qui grâce à leur travail révélera peut-être quelques-uns de ses nombreux secrets. "L'enjeu de ce télescope, c'est de voir plus loin et donc potentiellement de découvrir de la vie sur des exoplanètes, s'émerveille Frédéric Boillet, en charge du projet. L'autre objectif de ce projet est d'observer la naissance de l'Univers, de savoir comment il a été créé il y a 14 milliards d'années."

Quand il sera terminé, le plus grand télescope du monde sera installé à 3 000 mètres d'altitude, au sommet d'une montagne au Chili. Mise en service prévue en 2024.