Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Couverture vaccinale : la Haute-Vienne et la Corrèze font partie des bons élèves

-
Par , France Bleu Limousin
Nouvelle-Aquitaine, France

A l'occasion de la semaine de la vaccination (du 23 au 29 avril), les services de santé se mobilisent pour sensibiliser la population. La Nouvelle-Aquitaine est en retard sur certains vaccins, si l'on compare à la moyenne nationale. Corrèze et Haute-Vienne en revanche, font des progrès.

Illustration.
Illustration. © Maxppp - PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP

Ces dernières années, le taux de couverture vaccinale est en net progrès. Mais "il ne faut pas baisser la garde" préviennent les spécialistes.

DTP et Coqueluche en tête

Sans surprise, les vaccinations DTP (Diphtérie- tétanos-poliomyélite) sont les plus importantes. C'est le seul vaccin obligatoire aujourd'hui. Plus de 96% de couverture vaccinale en Corrèze et en Haute-Vienne. Pour chaque vaccin, l'objectif est fixé à 95% pour éviter le développement des infections.

D'autres vaccins sont fortement recommandés. Contre la coqueluche notamment. Là aussi, pas de problème on dépasse l'objectif des 95% en Haute-Vienne et en Corrèze. Pour le ROR (Rougeole-oreillons-rubéole) : 79,6% en Haute-Vienne, 80,9% en Corrèze. Au-delà de la moyenne nationale qui est de 78,8%. ""En 2008 on a eu une épidémie massive de rougeole, la vaccination était trop basse. Il ne faut pas baisser la garde. Il n'y a que pour la variole que l'on a pu arrêter la vaccination. Et pour la polio c'est en bonne voie", explique Bruno Abraham, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital de Brive.

"Malheureusement, certains se focalisent sur les effets secondaires"

"Les Français sont particulièrement réticents. Les gens oublient la maladie pour laquelle on vaccine et se focalisent sur les effets secondaires parfois amplifiés par les réseaux sociaux. Personne ne nie les effets secondaires mais il faut voir le bénéfice pour soi et pour la collectivité de la vaccination", ajoute le docteur Bruno Abraham.

De nombreuses actions sont menées en cette semaine de la vaccination dans les deux départements. Toutes les informations sont à retrouver en cliquant ici.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess