Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Couvre-feu à 19h : "ce n'est pas pour lâcher la bride"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le député de Moselle Brahim Hammouche réagit aux annonces de Jean Castex jeudi soir. Le recul du couvre-feu à 19h ne doit pas empêcher selon lui d'être "très très vigilant."

Brahim Hammouche, député (Modem) de Moselle
Brahim Hammouche, député (Modem) de Moselle © Maxppp - Thomas Padilla

Le Premier Ministre a annoncé jeudi soir un nouveau confinement dans 16 départements mais la Moselle échappe pour l'instant à de nouvelles restrictions. Mieux, elle voit, comme le reste du pays, l'heure du couvre-feu être repoussée d'une heure, de 18h à 19h dès ce samedi. 

Effet heure d'été

Récompense pour les efforts effectués pour limiter l'épidémie, ou simple adaptation au passage prochain à l'heure d'été ? La deuxième option répond sur France Bleu Lorraine le député (Modem) de Moselle Brahim Hammouche. "Le fait de gagner une heure de plus en luminosité permet de repousser l'heure du couvre-feu, c'est du bon sens" commente l'élu qui est aussi psychiatre. "Ce n'est surtout pas un lâchage de bride", prévient-il, "il faut rester très très vigilant car nous sommes véritablement confrontés à une troisième vague. Il faut nommer les choses comme elles le sont."

Une épidémie encore bien présente

Brahim Hammouche rappelle le taux d'occupation de lits de réanimations de 88% en Moselle et les 60% d'opérations déprogrammées dans les hôpitaux. Il souligne aussi le taux d'incidence de l'épidémie, qui reste aujourd'hui encore légèrement au dessus du seuil critique au niveau départemental, mais qui atteint selon lui dans les zones frontalières les 400 cas pour 100.000 habitants. "Il va falloir mobiliser encore la vaccination, notamment sur les lieux de travail."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess