Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : à Dugny, la mairie commande elle-même des tests salivaires pour les écoliers

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

À Dugny (Seine-Saint-Denis), la mairie a décidé de mener elle-même une campagne de tests salivaires auprès des écoliers de la ville, à défaut d'avoir reçu ces tests promis par le ministère de l'Éducation nationale.

Covid-19 : à Dugny, la mairie commande elle-même des tests salivaires pour les écoliers
Covid-19 : à Dugny, la mairie commande elle-même des tests salivaires pour les écoliers © Radio France - Hajera Mohammad

Plus de temps à perdre à Dugny ! Face à la progression de l'épidémie de COVID-19 dans le département de Seine-Saint-Denis et dans sa commune, le maire Quentin Gesell (DVD), a pris les devants. L'élu a décidé d'organiser une campagne de tests salivaires pour les écoliers de sa ville.

Plus d'une centaine d'enfants testés en une matinée

Les tests ont été réalisés ce mercredi matin dans le centre de loisirs communal, sur le temps périscolaire, en partenariat avec les soignants du Bus de la Santé, venus spécialement de Garges-lès-Gonesse (Val d'Oise). Une centaine d'enfants ont pu être dépistés en l'espace d'une matinée en crachant dans un pot. Les résultats ont ensuite été transmis à un laboratoire.

Coût de l'opération : 2.000 euros

Une opération qui a un coût pour la ville : près de 2.000 euros. Mais Quentin Gesell assume et se dit prêt à le refaire si besoin. Selon le maire, il y avait urgence à agir. "On a eu des multiplications de cas positifs ou de cas contact sur le groupe scolaire Henri-Wallon-Paul Langevin et c'est là qu'on s'est dit qu'il fallait accélérer la campagne de dépistage", "on allait pas attendre de faire partie des villes ciblées par l'ARS, attendre un ou deux mois peut-être, alors on a repris la main", explique-t-il.

"Le rythme ne suit pas" - Quentin Gesell, maire (DVD) de Dugny

"Le rythme ne suit pas en Seine-Saint-Denis"

Pourtant le ministre de l'Éducation nationale avait promis une accélération de la campagne de dépistage avec 300.000 tests salivaires réalisés par semaine d'ici mi-mars dans les établissements scolaires à travers tout le pays. Mais là encore, pour Quentin Gesell, le compte n'y est pas. "En février, on a entendu Jean-Michel Blanquer annoncer une grande campagne de tests salivaires dans les écoles, sauf qu'aujourd'hui on se rend compte que dans notre département, qui est le plus touché,  le rythme ne suit pas". À ce jour, environ 20.000 écoliers ont été testés en Seine-Saint-Denis soit 10% des effectifs en élémentaire. 

Covid-19 : à Dugny, la mairie commande elle-même les tests salivaires pour les écoliers - REPORTAGE

Rassurer les parents 

L'initiative du maire est saluée par plusieurs parents d'élèves comme Samantha. "Mes filles vont à l'école tous les jours et on ne sait pas s'il y a des cas positifs, ça fait longtemps qu'il en parlent de ces tests et au final, nous ici, on attendait". Cette mère de famille ne cache pas son inquiétude aujourd'hui et se demande même si la fermeture des écoles n'est pas nécessaire. "C'est vrai que ça nous avait ennuyé sur le coup l'année dernière, mais au final l’épidémie avait bien reculé. C'est vrai que s'ils referment les écoles là, je ne serai pas contre".

Avancer les prochaines vacances scolaires ?

Quentin Gesell, lui, n'est pas favorable à une fermeture des établissements scolaires. En revanche, il rejoint la proposition de Valérie Pécresse. La présidente du conseil régional propose d'avancer de 15 jours les prochaines vacances de printemps censées démarrer le 17 avril pour les Franciliens. En plein pic de la troisième vague, cela pourrait freiner les transmissions. Selon le maire de Dugny cela permettrait effectivement aux enfants d'éviter d'entrer en contact entre eux et cela"permettrait que les écoles soient fermées pendant deux semaines sans réduire le temps scolaire sur l'année".

"Pourquoi pas avancer les prochaines vacances scolaires ?" Quentin Gesell, maire de Dugny

Choix de la station

À venir dansDanssecondess