Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : à l'hôpital de Melun, "les prochaines semaines inquiètent" les soignants

-
Par , France Bleu Paris

Deux cellules de crises par semaine sont organisées à l'hôpital de Melun qui se prépare à faire face des semaines difficiles. Dans le service de réanimation, les patients Covid ont doublé en deux mois et "il y a beaucoup de fatigue" chez les soignants.

Un patient soigné en réanimation.
Un patient soigné en réanimation. © Radio France - Marie-Audrey Lavaud

Mehran Monchi est chef du service de réanimation à l'hôpital de Melun en Seine-et-Marne. Pour le moment son service tient avec "40% de patients Covid" mais "les prochaines semaines nous inquiètent", dit-il sur France Bleu Paris ce vendredi.

"On est en période d'hiver, et ce virus est plus contagieux en hiver où les gens se confinent qu'en été", explique le docteur Monchi. Les équipes craignent "une vague foudroyante" mais pour le moment ce n'est pas le cas en région parisienne. Le virus "circule de manière croissante depuis la fin du deuxième confinement, il est en train d'augmenter par petit pallier. Cette augmentation peut s'accélérer, comme ça s'est fait sur les deux premières vagues."

Ce n'est pas devenu banal - (Dr Mehran Monchi)

A l'hôpital de Melun, deux cellules de crise par semaine sont organisées "pour s'adapter en permanence." "On peut deux fois par semaine décider de déprogrammer des opérations. C'est ce qu'on envisage, mais pour l'instant ce n'est pas une décision prise. "

Après dix mois d'épidémie, et alors que menace une troisième vague avec les variants qui se propagent, le docteur Mehran Monchi déplore "beaucoup de fatigue" chez les soignants.  "Il y a la crainte de voir à nouveau la nécessité de multiplier par trois le nombre de lits en réanimation."

Accueillir et soigner des patients Covid "n'est pas devenu banal" rappelle Mehran Monchi. "Les patients qu'on prend en réanimation, sont pour une grande partie pas très âgés" et "n'avaient pas de raison d'arrivée en réanimation, c'est difficile pour les soignants et les familles."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess