Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : bientôt des centres de vaccination éphémères en Haute-Loire

La Haute-Loire plus fort taux d'incidence de la région : le nombre de cas en hausse notamment pour les + de 90 ans supposés être vaccinés et protégés. La vaccination va évoluer dans les jours qui viennent das le département

La vaccination devrait atteindre 10 500 doses par semaine en Haute-Loire mi-mai.
La vaccination devrait atteindre 10 500 doses par semaine en Haute-Loire mi-mai. © Maxppp - Oliver Berg

La Haute-Loire sur ses gardes face à l'épidémie de coronavirus. Des centres de vaccination ont déjà été réorganisés tandis que des points éphémères sont en préparation.

Taux d'incidence de 344 dans votre département, c'est plus que dans la Loire, plus que dans le Puy de Dôme également. Comment l'expliquer ?

David Ravel, directeur de la délégation départementale de l'ARS en Haute-Loire : On a un taux qui est aujourd'hui le plus élevé au niveau régional. Ce qu'on constate, c'est qu'il y a des disparités au niveau du département et notamment quand on a un taux d'incidence un peu plus élevé sur la partie Nord-Est qui est en communication avec la Loire. Le virus n'a pas de frontières. On est aussi sur un département à caractère un peu plus rural et on se sent peut être un peu plus protégé par rapport au Covid.

Ce sentiment de sécurité a atteint les plus de 90 ans. Le taux d'incidence a augmenté à 424 dans cette catégorie de la population supposée être vaccinée et être protégée.

Aujourd'hui 90% des personnes en Ehpad sont vaccinées. Il faut aussi comprendre que ce n'est pas parce qu'on n'est vacciné qu'on ne peut pas attraper le Covid. La vaccination protège les personnes des formes graves de la maladie mais il est toujours possible d'attraper une forme un peu plus bénigne. Je pense que les gens aspirent aujourd'hui à pouvoir retrouver un peu plus de liberté. Il y a une demande sociétale relativement forte, ce que l'on peut comprendre. Pour autant, le message qu'on voudrait faire passer est de respecter les gestes barrières, de ne pas baisser les bras, de maintenir les gestes qu'on a l'habitude de mettre en place avec le port du masque, avec l'aération des locaux, la distance de deux mètres lorsqu'on échange avec quelqu'un. Et puis, bien sûr, si on a un doute de pouvoir se faire dépister.

Le dispositif de vaccination dans le département va aller crescendo encore dans les jours qui viennent ?

On a une forte augmentation de la capacité vaccinale sur le département. A titre d'illustration, on est à 8190 doses au début du mois d'avril. C'était déjà une augmentation de 40% par rapport au mois de mars. Et on devrait monter 10 500 doses par semaine sur le département à mi-mai.

C'est cette augmentation du volume qui entraîne depuis hier une réorganisation des centres de vaccination du côté de Brioude et Monistrol-sur-Loire 

Les centres doivent être en mesure d'absorber cette augmentation. C'est notamment le cas sur le centre Monistrol, qui prévoit de doubler sa capacité et de passer de 450 doses par semaine à 900. Il a d'ores et déjà déménagé dans des locaux qui seront plus adaptés au regard de cette augmentation. Le centre de Brioude a, depuis hier, connu aussi une augmentation de ses locaux pour pouvoir augmenter sa capacité maximale pour atteindre 3000 doses hebdomadaires.

Les doses, justement, il ne vous en reste pas sur les bras en Haute-Loire ?

Il y a une gestion très fine des stocks. Aujourd'hui, on a trois jours de battement en termes de stockage, ce qui permet d'avoir une bonne gestion. Et après les doses  sont toutes écoulées de façon très ciblée prioritairement sur les publics prioritaires que sont les personnes de plus de 60 ans. Et puis après, s'il reste quelques doses, elles peuvent être écoulés en fin de journée sur d'autres publics.

La Haute-Loire, département rural par excellence : est ce qu'on va aller dans les jours qui viennent chercher celles et ceux qui ont un petit peu de mal à aller jusque dans ses centres de vaccination urbains ?

Ça a toujours été notre objectif depuis le début. Ne laisser personne au bord de la route. On a d'ores et déjà des équipes mobiles qui vont directement au domicile des patients qui sont grabataires et qui ne peuvent pas se déplacer. On prévoit de mettre en place des centres éphémères qui seront pilotés par les pompiers dans les communes qui sont plus isolées, qui ont plus distantes des centres de vaccination. L'idée étant toujours de cibler les publics les plus fragiles qui ont plus de mal à se déplacer et de pouvoir démarrer sur le weekend du 20 mai. On est en discussion avec les élus pour pouvoir cibler les communes d'implantation de ces centres.

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess