Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Covid-19, chloroquine, pandémie, comorbidités : les mots du coronavirus

-
Par , France Bleu

Depuis l'arrivée du coronavirus en France, des nouveaux mots ont fleuri dans les médias et les conversations de tous les jours. Pour vous y retrouver, France Bleu vous a concocté un petit lexique des termes techniques les plus souvent rencontrés.

Un laborantin effectuant des tests de dépistage.
Un laborantin effectuant des tests de dépistage. © Maxppp - Alain Delpey

Parce qu'on n'est pas tous devenus des scientifiques depuis l'arrivée du coronavirus dans le pays, France Bleu vous propose un lexique des mots liés à cette pandémie.

Coronavirus 

Les coronavirus constituent une famille de virus dont certains peuvent infecter les humains, entraînant le plus souvent des symptômes bénins de type rhume, nous dit l'Inserm, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale. On parle "du coronavirus", mais en réalité, la pandémie qui touche la France en ce moment est due à un type de coronavirus bien précis, le Sars-CoV-2.

Sars-CoV-2 

Sars-CoV-2 pour "coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère", en anglais "Severe Acute Respiratory Syndrome COronaVirus 2". C'est donc le nom officiel du virus, donné le 11 février 2020 par l'ICTV, le Comité international de taxonomie des virus. Ce nom a été choisi car le virus est génétiquement apparenté au coronavirus responsable de la flambée de Sras de 2003. Bien qu'apparentés, les deux virus sont différents.

Covid-19 

C'est le nom de la maladie déclenchée par le coronavirus Sars-CoV2, celui qui nous préoccupe aujourd'hui. Pendant quelque semaines, on l'a appelée "nouveau coronavirus 2019", soit "2019-nCov", mais l'Organisation Mondiale de la Santé l'a rebaptisée Covid-19 mi-février : "Co" pour corona, "vi" pour virus et "d" pour "desease" (maladie en anglais). La maladie et le virus ont donc des noms différents, comme le VIH pour le virus et le Sida pour la maladie.

Sras-CoV 

On l'appelle plus communément le "Sras". Entre novembre 2002 et juillet 2003, plus de 8 000 cas ont été recensés dans 30 pays (dont près de 20% chez des soignants) et 774 personnes sont décédées. Le virus était parti de Chine, suite à la consommation de viande de civette, de chat musqué infectée. En France, sept cas probables avaient été identifiés. L'un d'entre eux était décédé.

Mers-CoV

Ce coronavirus-là est apparu pour la première fois en 2012, en Arabie Saoudite. Le Mers-CoV semble transmis à l'homme par le chameau via des sécrétions. Environ 30% des personnes infectées en meurent mais se transmet peu. Les autorités sanitaires ont recensé à ce jour 1 589 cas et 567 décès dans 26 pays. En France, deux cas avaient été diagnostiqués en 2013, dont un cas de transmission secondaire. 

Comorbidités 

Les comorbidités sont des conditions cliniques ou thérapeutiques favorisant une évolution négative de l’infection, des facteurs de fragilité face au virus. Pour le coronavirus, lors de l'établissement d'un diagnostic, les médecins de ville sont invités à repérer ces signes de comorbidité :

  • Personnes âgées de 70 ans et plus ; 
  • Insuffisance respiratoire chronique sous oxygénothérapie ou asthme ou mucoviscidose ou toute pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ; 
  • Insuffisance rénale chronique dialysée ; 
  • Insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ; 
  • Cirrhose ≥ stade B ; 
  • Antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle, ATCD accident vasculaire cérébral ou coronaropathie, chirurgie cardiaque ; 
  • Diabète insulinodépendant ou présentant des complications secondaires à leur pathologie (micro ou macro angiopathie) ; 
  • Immunodépression : Médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive, Infection à VIH non contrôlé ou avec des CDA < 200/mm3, Greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques, Cancer sous traitement 
  • Obésité morbide IMC > 40 
  • Grossesse au 3ème trimestre

Incubation 

C'est le temps qui s'écoule entre l'époque de la contagion et l'apparition des symptômes d'une maladie. Avant l'apparition du Covid-19, la durée de l'incubation est en moyenne de 5 jours, avec des extrêmes de 2 à 12 jours, précise l'Institut Pasteur, qui poursuit : "L'installation des symptômes se fait progressivement sur plusieurs jours, contrairement à la grippe qui débute brutalement."

Chloroquine

Depuis jeudi 26 mars, l'usage du Plaquénil, médicament dérivé de la chloroquine, est autorisé pour soigner des malades du coronavirus. Un décret publié au Journal Officiel encadre sa prescription, qui continue de faire débat en France. Attention, seuls des médecins peuvent l'administrer, et seulement à l'hôpital. La molécule peut en effet avoir de graves effets secondaires, notamment cardiaques. Des essais cliniques sont en cours pour tester son efficacité.

Pandémie

Le 11 mars, l'OMS parlait de pandémie, la première causée par un coronavirus. Pourquoi utiliser le mot de pandémie et non plus d'épidémie ? A cause d'une propagation mondiale de la maladie. Elle touchait mi-mars plus de 100 pays (sur 198 reconnus par les Nations Unies), dans toutes les zones du globe.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu