Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid 19 : dans le Territoire de Belfort, ce n'est pas une vague mais une "marée" dit le préfet

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Les services de l'Etat ont fait le point ce lundi sur la situation du Covid-19 dans le Territoire de Belfort. Opérations bientôt déprogrammées à l'hôpital de Trévenans, cas contact dans la sphère privée et dans les salles de sport : "Nous sommes face à une marée" estime le préfet Jean-Marie Girier.

Une dizaine de patients Covid-19 sont pris en charge au service réanimation de l'hôpital de Trévenans
Une dizaine de patients Covid-19 sont pris en charge au service réanimation de l'hôpital de Trévenans © Maxppp - Lionel Vadam

Alors que dans le Doubs, le département se prépare à l'instauration du couvre-feu, le Territoire de Belfort n'en est pas encore là. Pour autant, certains indicateurs montrent que la situation devient préoccupante estime ce lundi le préfet du département Jean-Marie Girier : "Ce n'est pas une vague, mais c'est une marée. Ca monte doucement, mais ça monte surement. Nous rentrons dans un rythme long et croissant. Nous appelons tout le monde à la plus grande responsabilité, et en particulier au retour des vacances".

Un taux incidence multiplié par trois

Parmi les indicateurs préoccupants, la question des cas de contamination. Ainsi, la directrice de l'Agence Régionale de Santé Agnès Hochard précise que "nous sommes passés d'un taux d'incidence de 40 cas positifs pour 100 000 habitants, à 130 pour 100 000 habitants en seulement deux semaines". 

Mais le taux le plus surveillé actuellement, est celui des cas pris en charge à l'hôpital de Trévenans ajoute Jean-Marie Girier, préfet du Territoire de Belfort : "On est passé de 10 personnes en soins intensifs à plus de 35". 

Des déprogrammations d'opérations dans les prochains jours

Parmi la trentaine de cas grave lié au Covid-19 pris en charge à l'hôpital de Trévenans, une dizaine sont accueillis en réanimation. Or, l'établissement de santé ne peut accueillir que 40 patients au service réanimation. "Ce que vit l’hôpital aujourd'hui, c'est un afflux de patients, avec des patients qui ont des formes graves qu'il faut hospitaliser. Une partie de ceux-là sont en réanimation. Mais nous avons une capacité de lits de réanimation limitée, et il faut aussi garder des lits de réanimation pour les opérations chirurgicales classiques". 

L'hôpital envisage ainsi de déprogrammer certaines opérations dites non urgentes : "On en est proche. L'hôpital priorise et planifie toutes les opérations urgente : sans doute que cela pourrait survenir cette semaine".

De contaminations plus fréquentes dans le cercle familial et dans les vestiaires de sport

Actuellement, cinquante cas positifs par jour sont recensés chaque jour par la brigade sanitaire de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie du Territoire de Belfort, en charge de contacter les éventuels cas contacts. La directrice de la caisse, Helgua Goguillot, explique ainsi que "le respect des gestes barrières fait qu'on est en présence de cas contacts limités, car on est toujours dans une moyenne de trois cas contacts par patient zéro. Mais quand on est dans la sphère familiale, on a tendance à baisser la garde, et on voit bien qu'aujourd'hui les cas de contamination se font dans la sphère familiale ou dans les clubs sportifs : dans les vestiaires il n'y a plus de port du masque, il y a des moments conviviaux entre sportifs. Ce sont vraiment les deux cas où il y a une circulation du virus. A contrario, dans les entreprises, où il y a un respect protocole sanitaire, il y a très peu de cas."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess