Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "défiance" des patients envers l'AstraZeneca dit le président de l'Ordre des médecins de l'Indre

-
Par , France Bleu Berry

Plus de sept Français sur 10 ne veulent pas se faire vacciner avec l'AstraZeneca selon un sondage publié ce vendredi. "On essuie de plus en plus de refus par rapport à ce vaccin là" constate le président de l'Ordre des médecins de l'Indre depuis une quinze jours.

Plus de sept Français sur 10 ne veulent pas se faire vacciner avec l'AstraZeneca selon un sondage publié ce vendredi
Plus de sept Français sur 10 ne veulent pas se faire vacciner avec l'AstraZeneca selon un sondage publié ce vendredi © Maxppp - Joan Gosa

Les Français sont de plus en plus favorables à la vaccination contre le coronavirus, mais pas avec n'importe quel vaccin. Selon un sondage pour France Info, 71% des Français ne souhaitent pas être vaccinés avec l'AstraZeneca. Dans le détail, le Janssen, de l'Américain Johnson & Johnson, inspire confiance à 59% des Français. 65% sont convaincus par Moderna, et 70% pour le vaccin Pfizer-BioNtech. Un quart des Français (24%) ne fait confiance à aucun des quatre vaccins actuellement autorisés. Cette défiance face au vaccin AstraZeneca est réelle selon Thierry Keller, médecin généraliste à Châteauroux et président de l'Ordre des médecins de l'Indre.

Depuis quinze jours, on essuie de plus en plus de refus pour l'AstraZeneca - T. Keller, président de l'Ordre des médecins de l'Indre

AstraZeneca a eu assez mauvaise presse pratiquement d'emblée quand il est sorti par rapport au vaccin de Pfizer ou Moderna. La dernière polémique liée aux risques de thrombose grave, cérébrale, artériel ou cardiaque a "sérieusement grevé la confiance des patients". L'Agence européenne des médicaments a rendu les conclusions de ses examens sur ce vaccin. Elle concède l'apparition de thromboses chez plusieurs dizaines de patients parmi plusieurs millions de personnes qui ont reçu l'injection. Elle estime que les caillots sanguins devraient être répertoriés comme effets secondaires "très rares" tout en estimant que la balance bénéfice/risque restait "positive"

Quels vaccins contre le coronavirus et dans quelle proportion sont utilisés dans l'Indre?
Quels vaccins contre le coronavirus et dans quelle proportion sont utilisés dans l'Indre? © Radio France

En France, on parle de quatre décès pour des cas de thrombose sur un peu plus de 2,5 millions d'injections d'AstraZeneca. La proportion est quand même très faible. C'est le message passé par Thierry Keller aux patients qui hésitent. Pour lui, "il faut essayer de convaincre les patients, mais depuis quinze jours, en battant le rappel auprès des patients qui veulent bien se faire vacciner, on essuie de plus en plus de refus par rapport à ce vaccin là".

Une 2e injection Pfizer ou Moderna pour les plus de 55 ans qui avait reçu une première dose d'AstraZeneca

Preuve de défiance liée au vaccin AstraZeneca, les patients de moins de 55 ans qui ont reçu une première injection du vaccin anglo-suédois contre le coronavirus recevront un vaccin à ARN messager, de Pfizer ou Moderna, pour leur deuxième dose, a annoncé officiellement la Haute autorité de santé ce vendredi. Cette mesure concerne 533.000 personnes en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess