Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : des démissions au sein des personnels de l'hôpital Bichat de Paris

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Alors que la troisième vague de l'épidémie se profile dans les hôpitaux franciliens, de plus en plus de soignants des hôpitaux de Paris démissionnent. Un mouvement perceptible à l'Hôpital Bichat-Claude Bernard dans le XVIIIème arrondissement de Paris où les personnels sont épuisés.

Service de l'hôpital Bichat en octobre 2020.
Service de l'hôpital Bichat en octobre 2020. © Maxppp - Arnaud Dumontier

Les hôpitaux de Paris auront-ils assez de bras pour affronter la troisième vague de covid qui se profile en Ile-de-France ? Alors que la région dépasse le pic de patients Covid en réanimation de la 2e vague en novembre, des soignants décident de renoncer.

"En ce moment, je gère 15 dossiers de démission ! raconte effarée Samira Ak, secrétaire CGT de l'hôpital Bichat. Vous vous rendez compte, des fonctionnaires qui démissionnent ?" Tous ne font pas appel aux instances syndicales pour entamer leur départ, mais nous disposons d'un indicateur au niveau national : en juin dernier, 7500 postes hospitaliers étaient vacants en France, on en compte 34 000 aujourd'hui. 

Je ne pourrai pas supporter une troisième vague

Marie, infirmière au service des maladies infectieuses de l'hôpital Bichat est elle-même tombée malade en travaillant auprès de patients atteint du Covid. Elle a contracté un Covid long l'été dernier. "J'ai eu le droit à 15 jours d'arrêt maladie avant de reprendre", se rappelle-t-elle. 

Mais face à ses symptômes tenaces elle a finalement dû suivre un traitement plus long. Marie a repris à mi-temps à l'automne, juste avant la seconde vague. "Aujourd'hui, physiquement, il me serait impossible de repartir sur un rythme tel que celui de la première vague. Je ne tiendrai pas". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess