Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : des patients de Saint-Étienne transférés à Clermont-Ferrand

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le HPL et l'hôpital Nord ont dû transférer des patients souffrant de la Covid-19 dès lundi sur le CHU de Clermont-Ferrand. De nouveaux pourraient l'être ce jeudi. Les médecins appellent à un "réflexe civique" pour casser les chaines de transmission du coronavirus.

Le service de réanimation de l'Hôpital privé de la Loire lors de la première vague de Covid-19.
Le service de réanimation de l'Hôpital privé de la Loire lors de la première vague de Covid-19. © Maxppp - Rémi Perrin

Le CHU de Clermont-Ferrand a accueilli des patients ligériens malades de la Covid-19 cette semaine : deux sont arrivés lundi, deux autres ce mercredi et ils pourraient être suivis de deux autres transferts ce jeudi.

"Ces transferts ont été décidés cette semaine pour qu'ils se fassent dans de bonnes conditions et pas dans la précipitation", explique le professeur Patrick Mismetti, chef du pôle multi qui englobe les services d'urgence, de réanimation de médecine générale Covid-19. "C'est pour éviter la saturation de nos services sur le bassin stéphanois", précise Pascale Mocaër, la directrice du CHU de Saint-Étienne. Sur les quatre premiers patients confiés au CHU de Clermont, trois viennent de l'Hôpital privé de la Loire et un du CH Nord. 

Bloc opératoire condamné pour ouvrir une nouvelle unité de réanimation

Le Centre hospitalier Nord condamne dès ce jeudi un de ses deux blocs opératoires pour ouvrir une nouvelle unité de réanimation. Elle comprendra dix lits en complément des 20 lits de soins intensifs déjà entièrement réservés aux malades de la Covid-19. "Elle sera totalement opérationnelle lundi", précise le professeur Rémi Philippot, chef du pôle de blocs opératoires. "_Mais on ne va pas pouvoir attendre_. Malgré la mutation de patients sur le Puy-de-Dôme,  le HPL arrive à saturation, la Clinique mutualiste, pareil, remplie de patients Covid-19. Donc quatre lits seront prêts, armés en personnel et en matériel dès ce vendredi pour pouvoir accueillir des malades ce week-end". 

C'est au sein des blocs opératoires que se trouvent les compétences nécessaires au fonctionnement d'une unité de réanimation, les infirmiers anesthésistes, les infirmières de salle de réveil et les anesthésistes. Le taux d'incidence du coronavirus est d'environ 250 nouveaux cas pour 100 000 habitants, soit deux fois moins que le taux observé sur l'agglomération stéphanoise.

"Aidez-nous à ne pas avoir à choisir. On demande à ce que tout le monde se sente concerné pour casser les chaines de transmissions."

"Nous souhaitons en tant que médecins de ne pas avoir à choisir", disent en chœur les médecins du CHU appelant à un strict respect des gestes barrières. "On demande à ce que tout le monde se sente concernés. On est face à un tel afflux de patients que nous sommes de nouveau obligés de faire des choix", insiste l'infectiologue Élisabeth Bothelo-Nevers, "et de repousser certaines interventions qui ne sont pas des urgences vitales mais qui vont par exemple handicaper une personne âgée parce qu'elle a une grosse arthrose de hanche et qu'on ne va pas pouvoir lui poser une prothèse, ou bien des personnes qui ne vont pas bien voir alors qu'elles auraient besoin d'une chirurgie de cataracte. _Il faut que tout le monde limite au maximum les interactions sociales et fasse attention_, notamment dans la sphère privée pour casser la chaîne de transmission du coronavirus".  

Message notamment à destination des plus jeunes qui estiment qu'ils se remettraient facilement s'ils devaient attraper la Covid-19. "_C'est vrai que le décès est très, très faible quand on est jeune mais le problème n'est pas là. Il y a un risque de transmission et la personne infectée elle a un risque d'hospitalisation, voire de se retrouver en réanimation. Et ça on ne choisit pas, insiste la chef des services cliniques d'infectiologie du CHU de Saint-Étienn_e". Et la chercheuse d'ajouter : "des jeunes peuvent développer des Covids chroniques, des fatigues très persistantes même sans avoir fait de forme grave."

Des soignants reviennent volontairement sur leurs vacances 

Pour l'instant, les personnels paramédicaux peuvent prendre leurs congés pour ces vacances de la Toussaint. "Il aurait été déraisonnable, _indécent ne pas les laisser souffler_, précise le Pr Philippot, ils sont épuisés physiquement et moralement par la première vague". L'ouverture de la nouvelle unité de réanimation se fait notamment avec la participation de personnes en vacances qui reviennent volontairement pour prêter main forte à leurs collègues.

"La meilleure façon de les soutenir c'est de faire attention, d'être vigilant mais aussi de se faire vacciner contre la grippe (et le pneumocoque, suivant les cas) pour éviter une double, voire une triple infection, un cocktail mortel".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess