Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid 19 : des transferts de malades du CHR d'Orléans au CHU de Tours

La situation se complique au Centre régional hospitalier d'Orléans où il y a actuellement 38 patients sur les 38 lits disponibles en réanimation médicale. Alors pour soulager l'établissement, des malades vont être transférés du CHRO sur l'hôpital de Tours ce week-end.

L'hôpital d'Orléans
L'hôpital d'Orléans © Radio France - Anne Oger

La situation au CHR d'Orléans devient de plus en difficile face à la deuxième vague de l'épidémie de covid 19. Le  service de réanimation médicale de l'hôpital affiche complet . Les 38 lits sont tous occupés, il reste quatre lits toutefois encore disponibles dans le service des urgences. Mais pour soulager l'établissement orléanais, des transferts de patients vont avoir lieu ce week-end vers le CHRU de Tours.  

"Nous sommes plein actuellement, mais tout est maitrisé dans la mesure où nous avons déjà identifié des malades qui seront transférés vers le Centre hospitalier régional régional universitaire de Tours. Cela va se faire dans les heures qui viennent, durant le week-end. Et avec des possibilités très rapides de prise en charge de nouveaux patients Covid en réanimation" explique le docteur Grégoire Muller qui dirige la réa du CHRO. 

Ces transferts se font par ambulances,  pas par hélicoptère, train ou  car, comme cela se fait souvent dans les transferts entre hôpitaux.

Des patients vont être transférés d'Orléans à Tours, mais nous ne sommes pas débordés - Dr Muller 

Le pic épidémique doit être atteint dans dix jours. "Il est prévu une augmentation continue de l'admission des patients dans les jours qui viennent, ça c'est une inquiétude constante, explique le Dr Muller. "Mais pour le moment, il n'y a pas de débordement, puisque les patients peuvent être pris en charge en réanimation convenablement, que cela soit chez nous à Orléans ou à Tours".

Le docteur Grégoire Muller, dans son service de réanimation médicale au CHR d'Orléans, en mai 2020
Le docteur Grégoire Muller, dans son service de réanimation médicale au CHR d'Orléans, en mai 2020 © Radio France - Anne Oger

Un personnel soignant suffisamment nombreux ?

"Pour ce qui est de la réanimation, grâce au redéploiement de très nombreux personnel qualifié du CHRO et avec une aide très importante des cliniques de la région , actuellement nous avons le personnel nécessaire pour prendre en charge dans de très bonnes conditions, les patients souffrant de covid en réanimation".

Des patients qui ont à peu près toujours le même profil que lors de la première vague, détaille le médecin. 

"Les patients sont de tout âge, la moitié a moins de 65 ans. Mais les plus de 65 ans présentent des cas plus graves. Il y a peut-être plus de patients en surpoids ou en obésité mais on n'a pas l'impression que cela soit que des obèses majeurs et des patients hyper-tendus et diabétiques, ce qui est le lot de beaucoup de monde dans la population générale."

D'après le dernier bilan de l'ARS publié ce samedi, 137 personnes sont actuellement hospitalisées dans les services de réanimation de la région Centre Val de Loire. Il y en a 69 dans le Loiret dont une dizaine à l'hôpital de Montargis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess